Voici l’accord trouvé entre structures Syndicales sectorielles de l’éducation et Gouvernement guinéen ( Augmentation Salariale)

Après plusieurs heures de discussion, ce mardi 28 janvier, un terrain d’entente vient d’être trouvé entre le gouvernement à travers ses représentants et les syndicats sectoriels de l’éducation.

Selon le procès-verbal de cette rencontre qui a été lu par Alya Camara, inspecteur général du travail, “l’opération d’assainissement du fichier des enseignants a été exécutée en collaboration avec les représentants du SLECG et de l’USTG.

Les résultats obtenus ont été rendus publics et se chiffrent à 14 milliards 528 millions 062 mille 7 98 francs guinéens.

Ce montant utilisé pour améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants, n’a pas permis d’atteindre entièrement l’objectif visé. Le gouvernement dans le souci de valoriser la profession enseignante a décidé d’apporter un complément financier pour créer une prime d’incitation de classe en fonction de leurs lieux d’affectation. Cet apport financier se chiffre à 6 milliards 740 millions 137 mille 202 francs guinéens par mois pour un montant total de 21 milliards 268 millions 200 mille francs guinéens. A repartir entre les enseignants en situation de classe en charge d’un cours ou d’une classe qui prépare un cours, l’exécute et procède à l’évaluation des apprentissages payables par trimestre et suivant les montants indiqués ci-dessous : Zone spéciale de Conakry, 450 mille GNF par mois. Chef-lieu de région administrative : 600 mille GNF par mois. Chef-lieu de préfecture : 750 mille GNF par mois. Sous-préfecture : 1 million de GNF. Districts et villages : 1 million 300 mille GNF par mois”.

Après avoir indiqué que ” dans le cadre de la valorisation de la fonction enseignante, le gouvernement a déjà lancé un vaste programme de construction de logements sociaux où les enseignants sont prioritaires, surtout ceux des zones rurales et de poursuivre la formation continue”, Alya Camara a précisé que les autres primes prévues à l’article 100 du statut particulier de l’éducation, sont en cours d’examen par une commission interministérielle.

A noter que ce procès-verbal a été signé par l’ensemble des parties prenantes de cette rencontre.

Avec Guinee7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :