Vaccin russe administré en Guinée : ‘’les sujets qui l’ont reçu n’ont pas eu de réactions secondaires’’ (Dr Sakoba)

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, le département en charge de la santé et de l’hygiène publique à travers l’agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS) a récemment administré le vaccin russe (Spoutnik V) à quelques responsables du pays dont des ministres.

Ce mardi, 12 janvier, le Directeur général de l’ANSS, Dr Sakoba Keita était face à la presse pour apporter des précisions relatives audit vaccin et annoncer les mesures déjà prises par le gouvernement et ses partenaires en vue de doter le pays en quantité suffisante de vaccins.

A l’entame, il dira que c’est une vaccination pilote qui a été faite avec ce vaccin russe et non une campagne de vaccination comme certains le pensent.

« Avec nos relations bilatérales depuis qu’on a élaboré notre plan de vaccination (COVAX) en guise de préparation en décembre dernier, et grâce aux relations du gouvernement avec certains pays amis, il y a eu cette dotation de 55 doses de vaccin russe que nous avons pu administrer à certains de nos hauts cadres de façon pilote. Une manière de montrer à la population que c’est un vaccin qui pourra nous aider à l’avenir et démontrer aussi l’innocuité en terre guinéenne », déclare-t-il, avant d’expliquer pourquoi cette vaccination a commencé par les chefs ?

« En tout lieu et en tout temps, le chef doit montrer l’exemple pour rassurer les populations administrées de sa sincérité. Après cette première vaccination, nous avons constaté que les sujets qui ont reçu le vaccin n’ont pas eu de réactions secondaires qui puissent les empêcher de travailler ou de les causer de dommages sur le plan de la santé. Au contraire, on a beaucoup d’autres demandes mais malheureusement, on ne peut pas excéder 55 personnes. La véritable campagne sera menée avant fin premier trimestre 2021 quand on aura une dotation assez importante par le biais des pays amis ou des partenaires comme l’OMS et l’UNICEF. C’est une vaccination pilote a été faite pour pouvoir conforter notre argumentation afin que ça soit approuvée pour une campagne élargie en République de Guinée. Le chemin n’est pas encore achevé, nous devons continuer peut-être vers le 15 février, nous pourrons remplir toutes les conditionnalités pour qu’on lance. Mais il n’est pas question de lancer une campagne avant que toutes les démarches ne soient conclues. »

Avec Mediaguinee.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :