Un jeune homme de 17 ans a violé une fillette de deux ans à Yimbaya

Une fillette de deux ans a été violée par un jeune homme âgé d’au moins dix-sept ans lors du mois de Ramadan. Les faits se sont produits à Yimbaya, dans la commune de Matoto, le 23 Mai dernier. La mère encore sous choc, a brisé le silence ce mercredi.

Jointe par un reporter de Guinee114.com, Diaraye Nafiou Diallo raconte : “J’étais au marché quand ma jeune sœur a remarqué l’absence de ma fille. Elle est allée chez nos voisins, où ma fille avait l’habitude de jouer avec un autre bébé. Malheureusement, elle a trouvé que le jeune a pris ma famille pour la faire entrer dans la chambre et il a laissé le petit avec qui ma fille jouait au salon. Ma jeune sœur a demandé au petit d’après ma fille. Ce dernier a indexé la chambre. Elle est rentrée dans la chambre et elle a trouvé le jeune sur le lit avec ma fille qui détenait deux pagnes en train de pleurer. Quand on a demandé  à ma fille, elle a dit que le jeune a touché sa partie génitale. Nous  avons vérifié et trouvé qu’effectivement ma fille était blessée. Nous l’avons envoyée à l’hôpital. Les médecins ont confirmé qu’elle a été violée”. 

Comme si cela ne suffisait pas, elle et sa famille sont injuriées et menacées d’expulsion par le concessionnaire qui se trouve être en connivence avec le tuteur du jeune présumé violeur. Ce tuteur en question est un béret rouge qui serait en service au Bataillon des Troupes Aéroportuaires (BATA).

“Les voisins et nos concessionnaires ont plaidé pour que je pardonne. J’ai dit que je ne peux pas. Finalement je suis allée porter plainte à la gendarmerie de la Belle vue. Mais le béret rouge qui est le tuteur du jeune empêche l’arrestation du jeune en question. On m’a même informé que cet agent aurait fait fuir le jeune. Le concessionnaire nous menace que parce qu’on a envoyé des gendarmes chez lui. Je suis vraiment sous le choc. Je gère plusieurs choses à la fois. Ma fille de deux ans a été violée. Actuellement elle ne peut même pas garder les urines. Elle est tout le temps fatiguée, malade, ça ne l’arrivait pas avant. Avec tout ça, on m’insulte et on me menace. On me dit qu’on va nous faire sortir de la maison” a-t-elle expliqué

Source Guinee114.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :