UFR: Badra Koné justifie sa démission par une guerre de clans à l’interne

Badra Koné, désormais ex-secrétaire de la jeunesse de l’Union des Forces Républicaines (UFR), est revenu sur les raisons de son départ. C’était ce matin dans les ‘’GG’’ d’Espace FM.

«Il y a quelques mois,  je suis allé voir le président Sidya lui expliquer que j’ai été victime d’attaques dans des réunions stratégiques du FNDC, mais aussi sur les réseaux sociaux par deux cadres du parti en l’occurrence Ahmed Tidjane Sylla de la cellule de communication et Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif du parti. Le président Sidya m’a promis ce jour-là de prendre des dispositions pour finir avec ça. La chose a continué. Quelques temps après, je suis venu dans une réunion du bureau exécutif  présidée ce jour-là par le premier vice-président honorable Bakary Zoumanigui en présence des quatre autres vice-présidents. J’ai fait cas de la même chose. Personne n’était encore présent dans la salle. 

J’ai expliqué les choses comme elles se sont passées. On a parlé ce jour et on avait décidé d’arrêter avec tout ça. Je ne partage plus la même hiérarchie de valeur avec l’UFR. Dans un parti politique, quand vous-vous êtes engagé par conviction pour mener à bien un objectif, vous n’allez pas vous faire la guerre entre vous alors que vous devez vous battre pour atteindre un objectif. Les valeurs pour moi c’est la dignité avant la conviction et la conviction est après ma dignité. Je ne peux pas être dans un navire où on me prend pour une taupe, ou bien un traître. Je ne fonctionne pas dans un environnement où je suis incompris. Donc je repars. Je pars pour être en harmonie avec moi-même », a-t-il largement expliqué. 

Contrairement à beaucoup de ceux qui ont quitté les partis politiques de l’opposition, Badra Koné ne compte pas rejoindre la mouvance présidentielle. En tout cas, c’est ce qu’il a laissé entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :