Tueries dans les manifs : ‘’il y a des civils qui portent des uniformes militaires et tirent sur les populations’’, selon Damantang Camara

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Damantang Albert Camara, a déclaré lundi que tout agent qui se rendra coupable d’exactions répondra de ses actes devant les juridictions. 

‘’Très souvent, on nous expose des photos d’agents avec une arme qu’on considère létale alors que ce sont des fusils qui lancent des grenades lacrymogènes. Donc, avant de livrer la police et la gendarmerie à la vindicte populaire, qu’on prenne le soin d’être patient et laisser la justice faire son travail. Là aussi, il y a une idée qui voudrait faire croire qu’il n’y a jamais d’enquêtes ouvertes, alors que c’est faux’’.

Il assure que ‘’systématiquement, lors qu’il y a mort d’hommes, une enquête est ouverte. Les gens, puisqu’on leur a dit qu’il y a un Etat qui est contre une certaine communauté, on a du mal à collaborer. La dernière tournée que le ministre Taran Diallo a faite pour présenter les condoléances du gouvernement, ces familles, pour avoir reçu une délégation gouvernementale, sont mises en danger dans leurs propres quartiers. Certaines ont été obligées de déménager. Comment dans ces conditions obtenir un climat serein qui amène à la manifestation de la vérité ?’’

Il affirme que les autorités sanctionneront tout agent des forces de l’ordre qui se livrera à des exactions sur le terrain. ‘’Il ne sera jamais question de couvrir des exactions d’un policier ou d’un gendarme, ou d’un militaire. Mais de grâce, qu’on nous laisse le temps de l’enquête et de justice’’, rassure-t-il, appelant les guinéens à aider le gouvernement à ‘’démasquer ceux qui veulent ternir l’image du pays et dresser les communautés les uns contre les autres’’.

Ferme et catégorique, Damantang Camara dit à qui veut l’entendre que ‘’ce ne sont pas des policiers, gendarmes ou militaires qui vont bruler des maisons et des boutiques ou qui se mettent en embuscade comme des snipers pour tirer les populations’’.

A l’en croire, ‘’il y a des civils qui, parfois, portent des uniformes militaires et tirent sur les populations, brulent des boutiques. Ils veulent entretenir ce climat de haine. Chaque fois que quelqu’un aura une formation prouvée qui confond un agent de police ou un gendarme, nous mettrons un point d’honneur à l’interpeller et à le condamner de manière exemplaire. Mais tant qu’on n’aura pas de preuves, restons dans le cadre du doute et faisons le nécessaire pour apporter les preuves et aider à la manifestation de la vérité’’.

Avec VisionGuinee.Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :