Silence des opposants écroués lors des auditions : « c’est parce que leurs droits sont violés» (avocat)

Le silence face au pool des magistrats, c’est la nouvelle stratégie mise en avant par les opposants écroués à la maison centrale de Conakry.

Interrogé à propos de ce silence, maître Thierno Souleymane Baldé, un des avocats des opposants écroués, a fait savoir que cette décision est due à la violation des droits de leurs clients.C’etait au cours d’un entretien qu’il a accordé à nos confrères de mosaiqueguinee.com, en début d’après-midi de ce samedi 20 février 2021.

« C’est parce que leurs droits sont violés, ils ne vont plus accepter de parler aussi longtemps qu’il n’ont pas une garantie que c’est la loi qui sera appliquée. Les clients ont décidé de ne pas parler, on est en matière criminelle, ils n’ont pas le droit d’interroger les prévenus sans la présence d’un avocat. Donc si les prévenus ne peuvent pas s’offrir les services d’un avocat, les juges doivent designer un avocat d’office. Mais si le client dit qu’il ne veut pas de cet avocat, il ne pourra pas le défendre» a-t-il expliqué.

Pour rappel, le collectif des avocats de la défense a suspendu sa participation dans les différentes procédures concernant ces opposants détenus.Ces opposants sont placés en détention préventive depuis plus de 4 mois à la plus grande maison d’arrêt de la capitale, dont l’ancien député uninominal de Gaoual Ousmane Diallo, Étienne Soropogui, Cherif Bah, entre autres.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :