Sénégal: Elle étrangle à mort son bébé qu’elle vient de donner naissance et appelle sa belle-mère pour le lui dire

Pendant que certaines femmes sont prêtes à tout pour avoir d’enfant comme la femme de ce pasteur nigérian qui a été obligée d’aller voir un chef Vodou, d’autres ne ménagent aucun effort et ne savent pas apprécier cette chance qu’elles ont d’enfanter.

C’est l’ironie de la vie.Si au moins elles assumaient leurs responsabilités et prenaient des contraceptives pour ne pas être enceinte et après interrompre volontaire leur grossesse, personne n’allait les en vouloir. Mais ce n’est pas le cas.

Comme cette Sénégalaise du nom d’Awa Ndao, elles se font enceinter et recourent après à des méthodes inhumaines. En effet, ce mercredi 15 janvier, Awa a comparu devant la Chambre criminelle de Dakar pour avoir étrangler jusqu’à mort, son bébé qu’elle venait d’accoucher. Elle avait appelé sa belle-mère Juliette le lendemain de son accouchement, pour lui informer qu’elle et le bébé se portaient bien.

Quelque temps plus tard, elle l’a rappelé de nouveau cette fois-ci pour lui annoncer une mauvaise nouvelle. Il s’agissait de la mort du nouveau-né. Elle a par la suite contacté sa belle-sœur Madeleine Gnagna pour lui remettre le bébé mort dans un sac. Une fois chez elle, cette dernière a vu le nouveau-né enveloppé dans le sachet. Bizarrement, le bébé saignait des narines. Prise de peur, la belle-sœur décide d’informer les autorités. Une équipe d’enquêteur est automatiquement mise en place.

À la question de savoir le mobile de l’assassinat de son bébé, elle déclare l’avoir, elle-même étranglée après sa naissance à cause de l’incompatible de religion entre son copain Joseph Ndao, père du défunt bébé et elle. Sur le mode opératoire, elle explique avoir pris un morceau de tissu qu’elle a enroulé autour du cou du nouveau-né avant de tirer fortement jusqu’à ce que mort s’ensuive. Son forfait accompli, elle a effacé de la chambre toute trace qui pourrait la confondre.

LIRE AUSSI:Choquant! Pour maintenir son fils riche, voici ce que cette femme fait

Comparaissant devant la chambre criminelle où elle est inculpée d’infanticide, elle nie en bloc tout ce qu’elle avait dit aux enquêteurs. « Je n’ai pas tué mon bébé et je ne l’ai pas non plus enveloppé dans un sachet. Je l’avais enroulé dans un pagne avant de le montrer à ma belle-sœur. Cette dernière m’avait demandé pourquoi il saignait du nez. Mais, je lui ai dit que je ne savais pas ce qui se passait », dit-elle. Selon le témoignage de sa belle-sœur Madeleine Gnagna, entendue à la barre, son mari et elle avaient demandé à Awa de leur fournir un certificat qui atteste que le bébé est bien mort à l’hôpital. Cette dernière leur a déclaré que l’hôpital ne lui avait pas fourni de document. Pour ce qui est du corps de l’enfant, Awa a demandé à Madeleine Gnagna de fouiller ses bagages qu’il y était. Ayant effectivement trouvé le corps à l’endroit indiqué, Madeleine constate que les narines de ce dernier saignaient. Ce qui était étonnant.

Sa patronne, Aïssatou Dieng, entendue à titre de témoin quant à elle, a soutenu devant la Chambre qu’elle n’était pas au courant de la grossesse de sa bonne. Elle n’avait également rien remarqué comme tache de sang après l’acte qu’avait commis dans la chambre qu’elle partage avec sa propre fille.

En somme, il est clair après interrogation de sa belle-mère, belle-sœur, patronne qu’Awa avait tué son bébé. Sa sentence sera connue le 5 février prochain. Âgée de 31 ans et mère célibataire de deux enfants, Awa Ndao risque 7 ans de prison ferme. 

Avec Scooper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :