Salif Kébé dément Tiéman Coulibaly : « À aucun moment, la Céni n’a demandé l’assistance de l’OIF »

Amadou Salif Kébé, le président de la Commission électorale, dément avoir sollicité la Francophonie pour une mission en Guinée le week-end dernier.

« À aucun moment, la Céni n’a demandé l’assistance de l’OIF », assure le président de la CENI, joint par RFI.

Selon lui, la dernière mission de l’organisation en Guinée est bien celle qui s’est terminée le 7 février. Une mission dont Amadou Salif Kébé approuve les conclusions, mais dénonce un communiqué politique.

Pourtant confie à RFI, Tiéman Hubert Coulibaly, envoyé spécial de l’OIF pour la Guinée, annonce avoir appris le 5 mars que la mission était annulée à travers un courrier du président de la Commission électorale (Céni).

D’après lui, cette mission avait été organisée à la demande de la Céni elle-même. Une délégation d’experts était mandatée pour assister la Cédéao [Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest] et l’Union africaine (UA) dans l’examen du fichier électoral guinéen. Un fichier électoral sur lequel l’OIF a déjà travaillé pendant plusieurs mois. Le 7 février dernier, les experts de la Francophonie rendaient leur rapport sur le sujet, en soulignant la présence de 2,5 millions d’électeurs « problématiques ».

« Ce rapport va être la base de travail de la Cédéao, donc il aurait été de bon ton qu’un dispositif de l’OIF soit de la partie pour s’assurer que nos recommandations sont bien comprises », regrette Tiéman Hubert Coulibaly.

Guineefutur avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :