Riposte contre le COVID-19 : « lorsque l’État n’a pas les moyens de sa politique, ça devient des vœux pieux » (Bah Oury)

Depuis le début du mois de mars, de nombreux guinéens ont contracté le coronavirus, cette pandémie à virus mortel qui sévit dans le monde.

Cependant, les mesures préventives dictées à cet effet par le chef de l’État, peinent à se réaliser sur le terrain, notamment chez les conducteurs de taxis.

Selon, le leader de l’UDD, l’applicabilité de ces mesures dépend des moyens dont dispose l’État, dans la mise en œuvre de sa politique.

« La capacité d’un Etat dépend de son organisation et des moyens mis en œuvre dans la durée pour mettre en place les infrastructures indispensables, pour qu’il ait une capacité de résilience beaucoup plus forte.

C’est la raison pour laquelle on demande d’investir dans le secteur de la santé. Tout cela, c’est pour permettre en cas de situation d’une extrême gravité, que le pays soit à mesure de supporter les choses.

Mais si tel n’est pas le cas comme ici chez nous, ce n’est pas au moment où il y a l’incendie où vous n’avez pas de sapeurs-pompiers, ce n’est pas à ce moment-là que vous allez éteindre le feu.

Lorsque l’État n’a pas les moyens de sa politique, ça devient des vœux pieux « , a-t-il soutenu lors d’un entretien qu’il accordé à notre rédaction ce lundi 30 mars 2020.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :