Revue de la presse : la reconduction de Kassory, la structure du gouvernement, le procès de Gaoual et Cie, à la Une des journaux

Au cours de cette semaine qui s’achève, les hebdomadaires Le Lynx, La Lance, L’observateur et le Quotidien national Horoya se sont intéressés à plusieurs sujets dont la reconduction de Kassory Fofana à la Primature, l’autosuffisance alimentaire, la structure du gouvernement et le procès d’Ousmane Gaoual Diallo et Compagnie.

Dans sa parution du 21 janvier 2021, le Quotidien national Horoya a barré à sa Une : Primature : Kassory Fofana bénéficie de nouveau de la confiance du Chef de l’Etat. Sur la question, le journal révèle que « né à Forécariah en Basse-Guinée, Ibrahima Kassory Fofana est diplômé de la faculté de comptabilité de l’université de Conakry avec mention remarquable. Depuis, l’homme a enchainé les succès et son cursus au sein de l’administration publique guinéenne poursuit inexorablement sa trajectoire ascendante. Dr Ibrahima Kassory Fofana, ‘’DONKAS’’ pour les intimes, est macro-économiste et spécialiste des questions économiques », écrit le journal, avant de mentionner :

« En mai 2018, il est nommé Premier ministre par le Président de la République, Alpha Condé en remplacement de Mamad Youla. Mais avant, DONKAS a occupé des postes stratégiques dans l’écurie d’Alpha Condé et son prédécesseur, Lansana Conté.»

« Procès Ousmane Gaoual et Cie. Pourquoi la justice traine les pas ? », S’interroge l’Observateur dans sa parution du 18 janvier 2021. Sur la question, il précisé « qu’arrêtés depuis novembre 2020, le procès de Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah, Cellou Baldé et Etienne Soropogui traine encore au niveau des juridictions. Pour de nombreux observateurs de la scène politique guinéenne, les procédures enclenchées contre ces opposants risquent encore de prendre plus de temps qu’on ne pourrait n’imaginer. Histoire de maintenir ces opposants en prison pour les anéantir. »

Quant au journal satirique le Lynx, il s’est intéressé au secteur agricole en mettant à sa Une : « Appui aux agricultures pour une autofinance alimentaire. Quand Alphagouvernance berne les Guinéens ! » Sur le sujet, il écrit : « A son accession à la magistrature suprême le 21 décembre 2010, Alpha Condé avait inscrit l’autosuffisance alimentaire dans l’agenda de ses priorités. Il en avait fait une obsession. Le président de la République comptait booster l’agriculture pour permettre au populo de consommer 100% le Made in Guinée. Lui et son goubernement prévoyaient notamment relancer la culture du riz, un des aliments les plus prisés des Guinéens. Un secteur qui, en réalité, n’a jamais connu de boom en 62 ans d’indépendance-dépendance, il reste toujours dans son sommeil. Le chef de l’Etat avait pourtant juré sur tous les toits que peu de temps lui suffirait pour mettre faim ç l’importation du riz en Guinée. Dix ans après, force est de constater que la promesse présidentielle est loin d’être tenue. Officiellement, on affirme compter sur le riz local pour satisfaire les besoins alimentaires du populo. Mais, les autorités guinéennes donnent une place de choix au riz importé. Et comment ! Cette enquête fait partie de la série d’articles que Le Lynx vous propose sur la gouvernance économique en Guinée. »    

 « Guinée : Structure du gouvernement. La grande plaisanterie du Palais ! » Place La Lance à la Une de sa parution du 20 janvier. Abordant le sujet, notre confrère mentionne que la Guinée est un pauvre pays. « Les richesses du sous-sol guinéen ne font pas de la Guinée un pays riche, car ce ne sont pas les sols, sous-sol et autres arbres et forêts qui font d’un pays un pays mais les âmes et les esprits qui l’habitent. Or, il est loisible d’observer que le pays est sans ressources humaines capables, au niveau de la sphère dite étatique, de donner un semblant de règles les plus élémentaires de gestion de la chose publique. »

Poursuivant, le journal fait savoir que « le cas le plus typique de cette médiocrité intrinsèque est dans la structure du gouvernement publiée le 18 janvier, par décret du Président de la République pris certainement entre quatre murs avec une rédaction dont l’analphabétisme le dispute au sérieux d’un ordre protocolaire digne de ce nom et reflétant l’importance des ministères et non la proximité des ministères par rapport au centre de décision. »

A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :