Que veux dire vraiment la LAÏCITÉ ?

Le principe de laïcité est parfois méconnu et le plus souvent mal compris c’est un sujet très sensible dans d’autres cieux notamment au sein de la République de France.

La laïcité désigne le processus par lequel on procède à la séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse.

Ce n’est qu’à travers cette séparation que l’on peut exercer librement son droit de choisir sa croyance, son appartenance religieuse mais aussi son droit d’exprimer ses convictions – du moment que cet exercice ne se heurte pas à l’ordre public.

La laïcité s’oppose au principe de la religion d’État où la législation – généralement la constitution – d’un pays précise que telle religion est la religion de l’État.

Contrairement à plusieurs idées reçues, le concept de laïcité a été développé par des savants de croyances variées. (Ex : Ibn Rochd de Cordoue, savant musulman ,considéré comme l’un des pères fondateurs de la pensée laïque)

Le concept de la laïcité s’est manifesté progressivement à travers plusieurs textes, on peut citer :

I. « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ». – Article 10 de la DDHC de 1789

II)

. « La Guinée est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. » – Article I de la Constitution de 2010

◇Grosso Modo, le principe de laïcité ne signifie, en aucun cas, l’isolement ni la stigmatisation des croyances. Celle-ci est une garantie de l’État d’exercer librement sa religion, à condition de ne pas troubler l’ordre public.

◇Le véritable problème se pose lorsque l’État établit des restrictions à cette liberté en invoquant « l’ordre public ».
En illustrative : pendant cette crise sanitaire l’autorité publique ferme les lieux de cultes pour empêcher les prières en groupe dans le but de contenir le cycle de propagation de covid19… Le Prêtres ou l’imam qui n’observe pas ce cette mesure exceptionnelle porte grief à l’ordre public
car par son comportement il expose les fidèles à un risque imminent y compris lui parceque la covid19 ne connait pas la filiation et ni le statut d’une personne d’où la nécessité de suivre fidèlement les mesures éditées par l’autorité publique et les spécialistes de la santé.
Tenez ! j’oubliais aucun élément ne peut servir de prétexte de s’attaquer violemment aux lieux de cultes et cela conformément aux principes du Droit international humanitaire. Les agissements des forces de sécurité guineennes dans ces derniers temps contre les églises et mosquées déshonorent notre République … Même pendant la seconde guerre mondiale on a pas vécu un tel désastre contre les églises mosquées et d’autres maisons d’adoration.
Par ailleurs, il est évident que le fait de diminuer la portée de cette liberté au fur et à mesure, finira par faire tomber le principe de la laïcité en désuétude. Très sincèrement , j’aime personnellement la vigueur de la laïcité , ce principe de Concorde qui nous permet de transcender nos différends nos singularités nos appartenances de façon à nous réaliser à nous accomplir en égalité au sein de la République.
Ainsi, il appartient donc au législateur de veiller à la pérennité d’une laïcité « saine » et fertile qui garantit vraiment la liberté de conscience et l’exercice des cultes en toute liberté. J’ai dit.

Par Alhassane Camara, Juriste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :