Profanation des tombes à Camayenne : l’accusé reconnait les faits, mais écarte l’idée d’un « acte rituel »

Présenté à la presse ce mercredi 22 juillet 2020, le présumé auteur de la profanation des tombes à Camayenne a reconnu les faits qui lui sont reprochés.

Le margis-chef Mohamed Lamine Chérif Camara précise toutefois qu’il ne s’agit nullement d’un rituel.

« Je reconnais parfaitement les faits. C’est dû au stress et fatigue. Je me suis rendu sur les lieux et allumé une mèche de cigarette que j’ai lancée. Par accident, ça fait des flammes. Étant un corps habillé, j’ai profité pour rentrer dedans pour éteindre la cigarette. Pour éviter le scandale avec les civils qui étaient sur les lieux, c’est ainsi que j’ai vu la police venir et je me suis mis à leur disposition. Quelques fois, ça m’arrive d’avoir des troubles mentaux. Quelques fois aussi quand ça m’arrive, je me crois supérieur à tout le monde et je fais des comportements inhumains. Donc, on peut dire que c’est tout cela qui m’a mis dans cet état », a-t-il expliqué.

Il ajoute avoir agi seul, tout en indiquant qu’il a tenté d’éteindre le feu avant que la police ne le mette aux arrêts.

Il a fini par demander pardon aux familles des illustres inhumés à cet endroit.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :