Ousmane Diallo: «il faut instaurer l’alternance au sein des partis politiques» (Conférence-débat)

Le Mouvement pour la Nouvelle Génération de Leaderships pour la réconciliation nationale a organisé une conférence de presse ce samedi 14 mars 2020. Cette conférence portant sur les thèmes Réconciliation, Justice et Alternance politique en Guinée, a été animée pat Ousmane Diallo.

«On parle souvent de l’alternance en Afrique et particulièrement en Guinée mais nos partis politiques constituent des pépinières pour nos futurs dictateurs. Parce qu’il n’y a pas d’alternance en leur sein. C’est en Afrique ou en Guinée qu’on voit quelqu’un qui est président d’un parti politique soit jusqu’à ce qu’il meurt ou jusqu’à ce qu’il soit élu. Donc quelqu’un qui ne connaît pas et n’accepte pas l’alternance, quand il vient au pouvoir il est habitué à ne pas connaître l’alternance. Donc il faut instaurer l’alternance au sein des partis politiques», estime le conférencier.

«On ne peut pas parler de réconciliation nationale sans parler de vérité et de justice», dit-il, abordant le thème portant sur la réconciliation.  Pour qu’il y ait une justice impartiale et indépendante dans un pays, préconise le conférencier, les autorités judiciaires doivent être élues en lieu et place de leur nomination.  «Pour que la justice soit impartiale et indépendante. Cela va changer beaucoup de choses en Guinée. Parce que s’ils sont élus, ils ne vont pas obéir à l’ordre d’un homme», propose-t-il.

Pour Oumar Diallo, la différence entre le vrai et le faux leader est que le premier s’intéresse à la vie des futures générations et le second aux élections futures.

Et dans notre administration, mentionne-t-il, il y a deux sens: le sens de responsabilité et celui d’opportunité. En Guinée, conclut-il, le sens de d’opportunité est presque devenu une coutume.

Avec Guinee114

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :