Mesures d’accompagnement dans les transports, ces importantes précisions ! (Ministère)

A l’occasion de son point de presse du mercredi, 1erjuillet dernier, Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre des Transports, avait partagé avec la presse nationale et internationale, de larges et justes informations sur le contenu des mesures d’accompagnement du secteur des transports dans le cadre de la lutte contre la pandémie du nouveau Coronavirus.

Contre toute attente, à la suite de cet exercice qui avait pourtant garanti toute la transparence dans ces actions, la Cellule de Communication du Ministère des Transports constate malheureusement que depuis, des acteurs de médias s’appliquent malheureusement à faire dans des insinuations et des affirmations dénuées de tout fondement sur des écarts prétendus commis dans la gestion de ce processus.

Ces insinuations et affirmations portent notamment sur les 13 milliards de francs guinéens de subventions accordées au système de transport public (train « Conakry Express » et bus de SOTRAGUI) ainsi que sur le projet de mise en œuvre du train de passagers « Dubréka Express ».

La Cellule de Communication regrette profondément que sans aucune forme d’investigation ou de recoupement préalable, telle qu’il aurait convenu dans cette matière, conformément aux prescriptions éthiques et déontologiques de la profession, que ces acteurs de médias se livrent à de tels exercices.

Pour rétablir toute la vérité dans ce processus, la Cellule de Communication tient à faire les importantes précisions ci-après :

  • Les treize (13) milliards de francs guinéens indiqués, constituent des subventions mises en place et annoncées par Monsieur le Premier Ministre au cours de ses déclarations du 06 avril et du 23 juin derniers, consacrées à la riposte gouvernementale contre la Covid-19 puis, mentionnées par Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances lors de son point de presse du 25 juin 2020 sur la même matière,
  • Ces ressources ont été engagées en suivant scrupuleusement l’orthodoxie budgétaire, depuis le Comité Interministériel de Riposte contre la COVID 19 jusqu’au Ministère du Budget qui a approuvé le projet avant que les ressources ne soient virées dans les comptes respectifs des entreprises bénéficiaires (SOTRAGUI et Société Nationale des Chemins de Fer de Guinée). La procédure a respecté le circuit réglementaire passant par la Direction Nationale du Budget, le Trésor Public et la Banque Centrale de la République de Guinée,
  • Sur ces 13 milliards, seuls 11 milliards constituent effectivement des subventions aux deux sociétés, les 2 milliards ayant été réglés à Albayrak dans le cadre d’un contrat d’enlèvement de plus de 10.000 tonnes d’ordures déposées par les populations riveraines sur la voie du train « Conakry Express ». L’exécution de ce contrat a d’ailleurs été largement couverte en son temps, par des radios et télévisions publiques et privées.
  • Les subventions reçues ont été entièrement utilisées d’une part, pour assurer le règlement des charges salariales des personnels (trois mois) de ces entreprises (Albayrack Transport et Société Nationale des Chemins de Fer de Guinée), les frais de maintenance des véhicules (notamment la remise à niveau et la peinture du train, la réparation des bus) et pour l’approvisionnement en carburant du train et la flotte de 50 bus et d’autres charges de fonctionnement.
  • Suivant le principe de reddition des comptes, les entreprises bénéficiaires de ces ressources devront à l’issue de ce processus, justifier entièrement l’utilisation qu’elles auront faite de ces fonds.
  • Contrairement aux supputations de néophytes en la matière, ce montant (13 milliards de GNF, soit 1 million deux cent mille euros ou Huit cent millions de Francs CFA) est relativement dérisoire comparé aux besoins réels exprimés et aux ressources qui ont été mobilisées pour les mêmes causes dans des pays de la sous-région,
  • Partout dans le monde, le transport public est systématiquement subventionné par l’Etat et les collectivités, l’objectif étant la fixation de tarifs de transport homologués accessibles aux citoyens les plus démunis. En France, les exemples de la Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF) ou de la RATP en sont une parfaite illustration,
  • A titre d’exemple, en 2017, l’Etat guinéen avait conclu une convention avec une entreprise de droit marocain pour l’exploitation d’une flotte de 100 bus à Conakry avec une subvention de l’Etat de 3.500.000.000 de GNF par mois qui devait s’ajouter aux recettes normales de la société.
  • Contrairement au fantasme de certains, ces ressources subventionnées n’ont pas été mobilisées et déposées physiquement dans un bureau au Ministère des Transports à la toute discrétion de ses autorités, mais virées sur des comptes de sociétés en toute transparence et en toute traçabilité dans le respect absolu des procédures en vigueur.

La Cellule de Communication se félicite que ce processus de gratuité dans les transports publics ait pu contribuer à la mobilité, au cours de la période, de 720.000 passagers pour le train « Conakry Express » et 780.000 passagers pour les bus du groupe Albayrak.

La Cellule informe que le Ministère des Transports travaille sérieusement à l’extension du parc de bus dans l’objectif de l’acquisition de 200 nouveaux bus supplémentaires en vue du renforcement des capacités du système de transport public.

Quant au projet « Dubréka Express », il convient de noter ce qui suit :

  • Le matériel roulant (locomotives et wagons) a été totalement acquis, apte et prêt à assurer normalement et durablement le trafic ferroviaire,
  • Après le revirement de la société Rusal (propriétaire des rails) sur son accord pour l’utilisation de la voie Friguia par le train, les négociations qui ont été ouvertes, en vue de trouver une entente pour l’exploitation de la ligne ferroviaire, ont dû être interrompues en raison de la crise sanitaire de la COVID19.

La Cellule de Communication rassure que le Ministère œuvre d’arrache-pied en vue de l’intervention d’un accord dans les meilleurs délais pour la mise en service de « Dubréka Express » pour le plus grand bien des populations.

Dans les jours à venir, la Société Nationale des Chemins de Fer de Guinée (SNCFG) et Albayrak Transport, bénéficiaires de ces subventions, feront un point de presse pour informer dans le détail, l’utilisation des fonds reçus et partager davantage les informations sur le contenu de la riposte gouvernementale dans les transports. 

Conakry, le 06 juillet 2020

La Cellule de Communication du Ministère des Transports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :