Mamy Diaby, ARTP : ‘’toute carte SIM qui n’est pas bien identifiée, c’est 10 millions fg de pénalité’’

Dans le secteur de la téléphonie en Guinée, une campagne d’identification des abonnés a été lancée depuis peu par l’autorité de régulation des postes et télécommunication. Ce, en appui de la décision portant sur identification des abonnés.

Pourquoi cette campagne ? Mamy Diaby, directeur général adjoint de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications, était chez nos confrères de Fim FM ce jeudi, 01 avril 2021, dans l’émission Mirador pour éclairer la lanterne de l’opinion publique sur un sujet qui semble être sensible et stratégique.

Selon les informations, à partir de ce vendredi, 02 avril, tout numéro de téléphone qui n’est pas enregistré sera purement et simplement coupé. Cette campagne d’identification, selon Mamy Diaby, est effectuée suite à un constat.

« Le constat relève des problématiques dans la base de données des opérateurs.  A l’ère du numérique,  ces mutations qui sont en cours,  le financement du terrorisme,  le blanchiment d’argent,  les arnaques qui se passent dans le cyberespace,  en gros la criminalité de tous genres dans le cyberespace.  Nous ne pouvons plus avoir des individus dans notre pays qui auraient des SIM cartes qui se cacheraient derrière des plateformes virtuelles pour commettre des forfaitures », dit-il. 

 Et d’ajouter : « le constat est simple et alarmant. Il y a des individus dans la base de données  des opérateurs,  qui ne sont pas identifiés avec une bonne identité.  Il y a certains qui ne sont pas du tout identifiés, mais qui utilisent des cartes SIM. Et il y a certains qui se font identifier par la pièce d’identité d’autrui.  Alors, quand il y a un problème,  on vous fait voler par exemple votre téléphone et que vous saisissiez la police via réquisition qui saisit l’ARPT, mais si vous n’êtes pas identifié, on ne peut pas vous aider », a-t-il précisé. 

Justement, cette campagne d’identification des données consiste donc à garantir la sécurité des utilisateurs des cartes SIM. Le processus vise à collecter des informations sur un abonné et les sauvegarder dans une base de données sécurisée. Mais quelles sont les informations dont l’opérateur a-t-il besoin ? 

« Elle est dans la décision.  C’est le nom, le prénom, la profession, votre adresse,  le numéro qui vous ai octroyé etc », a répondu Mamy Diaby.

Le directeur général adjoint de l’ARPT demande en effet aux opérateurs de prendre leur responsabilité afin de se rassurer que les identifications sont bien faites dans leurs bases de données. Puisque, selon lui, il y a des sanctions qui sont prévues. « Toute carte SIM qui n’est pas bien identifiée, c’est 10 millions de francs guinéens de pénalité contre l’opérateur »,a-t-il averti.

Avec Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :