Mamou : des orpailleurs en partance pour Gaoual bloqués momentanément à la sortie de la ville

Toute extraction de l’or dans la préfecture de Gaoual est désormais interdite. Mais malgré cette interdiction des autorités de Labé et de Boké, l’exode des orpailleurs dans cette nouvelle zone aurifère ne faiblit pas.

Ils se comptent par centaines, ces orpailleurs venus de Kankan, Siguiri, Mandiana, Dabola…, qui continuent de rallier Gaoual, en traversant la ville-carrefour Mamou.

Certains sont à bord des motos, d’autres dans des minibus, parfois même dans des camions où ils sont confondus aux bagages. Parmi eux, des jeunes, des adultes, des adolescents et même des femmes. Quand vous leur demandez le motif de leur départ, la réponse est toute simple.

« Nous avons appris qu’il y a de l’or à Gaoual, nous nous y rendons pour tenter notre chance ! ».

Sauf que beaucoup confient avoir assez souffert en cours de route. « Quand on arrive à un barrage, les agents nous disent que nous n’avons pas d’assurance et ils nous font payer parfois 20 000 GNF ou 30.000 GNF », nous a dit une femme orpailleuse, sous le sceau de l’anonymat.

Mais ce calvaire était loin de finir. Parce que juste à la sortie de Mamou pour Dalaba, la caravane a été bloquée au niveau d’un barrage érigé par une équipe mixte composée de gendarmes et de policiers.

Pendant plus de 30 minutes, orpailleurs et agents de force de sécurité se regardaient en chiens de faïence.

Avec la tension qui ne faisait que monter les agents décident de libérer la route et permettre ainsi le convoi de continuer son chemin malgré l’interdiction de l’exploitation de la mine d’or de Kounsitel.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :