L’imam Saliou Camara parle : « Pourquoi nous avons demandé le report des législatives… »

L’appel des leaders religieux sera t-il entendu par le Président Alpha Condé ? Alors le parti au pouvoir va entamer une phase décisive cette semaine dans sa campagne électorale, le Grand-imam de Conakry est revenu sur les motivations de l’appel des leaders religieux pour un report des élections prévues le 16 février prochain.

Interrogé par un journaliste de Guineefutur, Elhadj Mamadou Saliou Camara a justifié leur demande par les séries de violences qui agitent le pays.  

« Vous ne voyez pas comment on est en train de tuer des gens ? Les gens s’affrontent un peu partout, la crise commence à prendre une allure ethnique. N’est-ce pas ce qui déstabilise un pays ? Nous avons des craintes que les tiraillements politiques se transforment en crise ethnique. C’est pourquoi nous avons décidé de demander au Président de la République de repousser les élections jusqu’à ce que tous les responsables politiques s’accordent pour qu’elles se déroulent dans le calme. C’est un passage obligé, mais faut-il que le scrutin se tienne dans l’entente, dans la paix et dans l’honnêteté », a déclaré le grand imam de Conakry.  

La semaine dernière, le président de la République a instruit son gouvernement à prendre des dispositions pour impliquer les leaders religieux dans la résolution de la crise.  

 » Nous étions déjà dans cette démarche quand le gouvernement nous a demandé de nous impliquer pour sortir de la crise. Nous avions déjà fait deux réunions. On voulait faire cette déclaration. Mais comme Dieu a voulu qu’eux-mêmes demandent ouvertement notre implication pour le bien de tous, nous nous sommes dit qu’il fallait le faire immédiatement, sans tarder », précise l’imam Ratib de la mosquée Fayçal.  

Elhadj Mamadou Saliou Camara souligne le message qu’ils ont lancé s’adresse à tous les protagonistes de la crise que traverse la Guinée.  

« Notre message ne concerne pas seulement le président de la République, tous les protagonistes de la crise doivent écouter notre déclaration. Puisque nous ne parlons pas en tant que politique, nous parlons en tant que leaders religieux au nom de notre religion », a-t-il avancé. 

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :