Libre opinion : cri du cœur d’un guinéen à Melbourne (Australie) Ousmane Traoré dit OT

Chers compatriotes Guinéens et Guinéennes.

À l’image des milliers de pères de famille responsables soucieux du climat socio-politique de notre pays, je suis préoccupé de ce qui se dessine à l’horizon de notre République.

Ma préoccupation est telle que je ne peux m’abstenir d’interpeller les cadres, les sages, la Société Civile, les formations syndicales et Patronales, les chefs coutumiers des différentes coordinations, les chefs religieux, les responsables politiques, les O.N.G de Défense des droits de l’Homme et des peuples, les responsables des Associations et Mouvements, les institutions sous Régionales, Régionales, Africaines Internationales, l’Union Africaine, l’Union Européenne, le système des Nations unies, bref, tous ceux qui peuvent faire durcir la position du gouvernement Guinéen face à son fameux et tardif projet de nouvelle constitution.

Le phénomène commence à prendre des tendances Socio-politiques très sérieuses qui doivent Interpréter la conscience de chacun de nous.
De part et d’autre, chacun se lance des flèches et tire le drap de son côté.
En effet, d’un côté, L’ultimatum lancé par les forces vives de la Société Civile dirigées par le « F.N.D.C » Front National pour la Défense de la construction, et, de l’autre côté, le Syndicat libre des enseignants et Chercheurs de Guinée « SLECG » qui ont déclenché depuis le jeudi 09 janvier courant, une grève illimitée sur toute l’étendue du Territoire National. Invitant tous les membres de son Syndicat à rester à leurs domiciles et de s’abstenir de toute complicité de corruption et de Sabotage.

Les premiers s’opposent farouchement au projet de nouvelle constitution proposée par l’Exécutif à travers Gouvernement de la République. Ces syndicalistes menacent que toutes les activités soient aux arrêts jusqu’à ce que les promoteurs de ce projet « suicidaire » renoncent pour le bien de la majorité des guinéens. Ces populations qui se donnent et se sacrifient toujours pour que triomphent enfin et maintenant, la Sécurité, la Justice, la Paix Sociale et le Bien Être.

Les seconds, depuis bientôt deux années scolaires ne parviennent pas à avoir du Gouvernement les résultats des accords signés d’un commun accord, relatifs d’abord à l’amélioration des conditions de vie et de travail des Enseignants et Chercheurs de Guinée, ensuite l’engagement à la Fonction Publique Guinéenne de tous les Enseignants Contractuels en Situation de Classe depuis un certain nombre d’années.

Dans une telle situation, à mon avis, c’est le Gouvernement qui a la Solution de tout ce qui se déroule chez nous. Parce qu’incarnant les vertus de tout le peuple de Guinée. C’est pourquoi, je me permets de m’adresser à un certain nombre de personnes et d’Autorités afin qu’elles acceptent de désamorcer le climat qui prévaut dans notre pays actuellement.

Entre autres autorités, je m’adresse plus particulièrement aux Forces de Sécurité et de Défense de la République. En effet, que chaque policier, gendarme, militaire ou « milicien » sache que son Rôle Principal et sa Mission Régalienne restent et demeurent la Protection des Citoyens et de leurs Biens dans la plus grande Fermeté et dans le Respect de la Loi. Aujourd’hui, les rapports de méfiance, de colère, de vengeance et de frustration grandissent crescendo.

Cependant, l’État doit mettre à leurs dispositions les moyens nécessaires de leurs missions afin qu’ils cessent de massacrer ses populations comme un Règlement de compte.

L’Exécutif doit appliquer l’État de Droit à tous les citoyens sans exception aucune. Car l’attitude de la plupart de nos agents de Sécurité et de Défense n’est ni légalement, ni moralement honorable responsables devant les citoyens. Pour parer aux obstacles pouvant nuire aux relations séculaires des paisibles populations, je lance aussi un appel aux responsables religieux des différentes confessions et de Cultes de s’impliquer davantage afin d’éviter à notre pays un chaos.

De l’autre côté, je constate une totale indifférence et un silence qui ne dit pas son nom des Autorités Judiciaires de notre pays qui font que personne ne croit plus à l’État. Car les citoyens dont ils sont censés protéger à travers les textes de loi sont abandonnés à leur sort. Et souvent menacés et torturés L’injustice notoire de la justice guinéenne est devenue la base de Frustrations et de Violences Répétées.

Au bureau national de l’Association des Parents d’Élèves et Amis de l’École « A.P.E.A. E ». Il est temps de multiplier des négociations afin d’éviter à l’École Guinéenne une année blanche qui va perturber l’élan des futurs cadres de ce Pays Les manifestations de rues, villes mortes ou autres grèves n’encouragent pas nos Partenaires ou autres Opérateurs Locaux ou Étrangers de s’investir chez nous.

Pis, la mobilisation et l’implication des médecins et autres auxiliaires hospitaliers dans les fins politiques, laissant à leurs sors des centaines de malades et autres patients, prouvent à suffisance combien de fois nos autorités n’ont aucun respect pour la vie Humaine. Et comment peut-on penser aux soins d’un malade alors qu’à côté de nous sur l’axe de la démocratie on tue des centaines de jeunes paisibles citoyens dont la plupart de la même Ethnie et du même Axe. C’est quand même inexplicable.

QUEL CRIME ? QUELLE CRUAUTE ?

Mes chers concitoyens et compatriotes guinéens, encore plus de courage et de détermination à vous. Le Bout du Tunnel n’est plus loin de nous. Comme un seul Homme, resserrons les rangs afin D’appuyer ces deux Structures en action pour la Défense de la. Majorité des Intérêts des Guinéens

Vive la République,

Vive le Vaillant et Combattant Peuple de Guinée.

Que Dieu Protège les Populations Guinéennes,

Que Dieu Neutralise les Mauvais Esprits,

Que Dieu Soit Loué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :