Les morgues des hôpitaux publics ont-elles rejeté les corps des victimes ? Cellou Dalein met en cause le pouvoir

Le double scrutin du 22 mars en Guinée a été terni par des violences qui ont couté la vie à plusieurs personnes.

Les corps qui devaient être reçus par les morgues des hôpitaux publics de la capitale « ont été refusés » dans ces structures hospitalières, selon le chef de file de l’opposition.

Cellou Dalein Diallo y voit une main noire du pouvoir et dénonce une attitude cruelle des gouvernants.

« Sur injonction du pouvoir, les morgues des hôpitaux publics rejettent systématiquement les corps des victimes de la répression policière du 22 mars, pour dissimuler les preuves et nier les crimes. Quel cynisme !#Amoulanfé », s’exclame-t-il dans un post qu’il vient de publier sur Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :