L’économie guinéenne à rude épreuve du COVID 19

La crise sanitaire liée au coronavirus, dont la progression et les conséquences sont inquiétantes, affecte durement l’économie mondiale.

Les effets de la crise sanitaires sont déjà perceptibles au plan économique.

Selon certaines projections, les pertes économiques à l’échelle planétaire devraient se situer à plus de 10% du PIB mondial, soit plus de 9 000 milliards de dollars. Cela dépasse de loin les effets de la crise économique et financière de 2008.

À l’échelle nationale, l’économie guinéenne sera tout aussi impactée, selon le chef du gouvernement.

Outre le ralentissement général du système productif et la perte consécutive de recettes fiscales, en raison de la situation économique mondiale et de la forte dépendance de la Guinée aux importations, il convient de relever la position particulière du pays du fait de sa dépendance vis-à-vis du secteur minier et de la Chine. La poursuite envisagée de la stabilisation des indicateurs macroéconomiques devrait connaitre une trajectoire défavorable, précise Dr Ibrahima Kassory Fofana.

Le FMI prévoyait un taux de croissance de l’économie guinéenne de 6% en 2020 (contre 5,6% en 2019). Suivant les prévisions du ministère chargé du budget, les conséquences du COVID-19 pourrait se traduire par une  baisse atteignant 0,7% de PIB en 2020.

Le niveau de l’inflation devrait logiquement s’écarter de la trajectoire prévue, en raison du nécessaire assouplissement des mécanismes de financement de l’économie, tandis que le déficit budgétaire devrait s’aggraver (passant de 3,4 à 6% de PIB) face à l’accroissement des besoins de financement pour apporter une riposte économique à la pandémie.

Extrait du plan de riposte économique présenté par le premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :