Le remaniement partiel : l’article 9 de la nouvelle constitution violé…

La nouvelle constitution guinéenne adoptée le 22 mars 2020, connaît déjà la violation de son article 9 qui stupile en son dernier aliena que “la République affirme que la parité est un objectif politique et social.

Le gouvernement et les assemblées des organes délibérants ne peuvent être composés d’un même genre à plus de deux tiers (2/3) de leurs membres”. Cette disposition de loi a été violée puisque le nombre de femmes nommée ministres n’atteint pas 12, pour avoir plus de  (2/3).

Un acte qui laisse pas certaines femmes indiférentes, Hadja N’balou fonctionnaire de son état affirme que le président aurait dû nommer plus de femmes que ça. « Je pensais qu’aurait avoir plus de femmes ministres’ au 15 femmes. Vrai, je ne suis pas contente car la parité n’est jamais respectée dans ce pays.

A Soumah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :