Le prix des denrées de premières nécessités revu à la hausse à Conakry

Le ramadan, un mois de pénitence, de pardon et de partage s’effectue cette année en Guinée dans un contexte économique difficile, dû à la pandémie du coronavirus.

Sur le marché, tous les prix de denrées de premières nécessités sur le marché, ont grimpé.

Une situation difficile pour certains citoyens, qui peinent à joindre les deux bouts en cette période de crise sanitaire dans le pays.

Notre rédaction est allée à la rencontre de certains vendeurs et vendeuses ce vendredi, 24 avril 2020, afin de s’enquérir de cette situation.

Mafoudia Soumah, vendeuse, explique les raisons de la hausse du prix de certaines denrées.

« Les choses sont vraiment coûteux. À cause de la présence de cette maladie dans le pays qu’il y a eu cette flambée sur le marché. Parce que pas de rentrer ni de sortie actuellement, donc le peu de marchandises que les gens ont, ils font tout pour gagner quelques choses. Sinon nous n’avons aucune intention de rendre la vie pénible à nos frères et sœurs », a dit Mafoudia Soumah.

Fatou Keïta, affirme que la fermeture des frontières est à l’origine de l’augmentation exorbitante du prix des condiments, c’est pourquoi elle invite l’Etat à revoir la situation.

« À l’heure-là toutes les frontières sont fermées et nous ne gagnons pas assez de marchandises. Les gens pensent que la faute vient de nous alors que nous ne sommes pour rien. Le président Alpha Condé doit nous aider pour ça », a-t-elle souligné.

Cette mère de famille rencontrée, lance un appel aux autorités pour revoir à la baisse le prix des denrées pendant ce mois béni de ramadan.

« Je demande aux autorités de ce pays de nous aider. Actuellement la vie est difficile en Guinée, elles devraient penser à nous les pauvres pendant ce mois béni », a conclu Bibatou Bangoura.

Malgré la hausse de plusieurs prix de denrées sur le marché, celui de la viande n’a pas bougé. Le kilogramme est toujours vendu à 45 000 GNF, à en croire un bouché.

« Depuis bien avant l’arrivée de cette maladie en Guinée, on revendait un kilo de viande à 45.000fg et jusqu’à présent. Donc ça veut dire que le prix de la viande n’a pas connu d’augmentation cette année », a indiqué Amadou Korka Diallo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :