Le dispositif de surveillance et de prise en charge réévalué à 563 milliards GNF (ANSS)

Comme la crise sanitaire Ebola, la pandémie du COVID-19 met en lumière, les faiblesses du système de santé guinéen.

Pour les autorités guinéennes, il y a lieu donc de soutenir financièrement le dispositif de surveillance et de prise en charge déployé par l’agence nationale de sécurité sanitaire.

Les différentes réunions du comité interministériel de lutte contre le COVID-19 et les concertations avec les partenaires techniques et financiers ont permis de fixer les besoins de l’ANSS en termes de riposte sanitaire.

Ainsi, un budget de 563 milliards de francs guinéens a été élaboré pour :

  • renforcer la surveillance, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays, en particulier aux niveaux des 34 postes frontières jugés les plus sensibles ;
  • la prise en charge dans des conditions décentes des malades du coronavirus ;
  • les frais de laboratoire ;
  • la logistique et la communication ;
  • l’assistance technique et la coordination.

Nous y reviendrons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :