Labé : une femme accusée d’avoir versé de l’eau chaude sur le bébé de sa co-épouse

Les faits se sont produits dans la matinée de ce jeudi 29 juillet 2021. Selon la mère de la victime, elle a trouvé son bébé avec sa co-épouse, qui déshabillait l’enfant qui était déjà brûlé.

« C’est un bébé de 2 ans. Il m’a laissé dans la cour et il est entré dans la chambre de ma co-épouse. C’est lorsque je l’ai entendu dire eh Mahfouz, c’est en ce moment j’ai couru pour aller voir ce qui se passe et j’ai trouvé que ma coépouse essayait de lui ôter les habits. Ils étaient seuls dans la chambre, donc je ne peux ni confirmer ni infirmer cela. Elle préparait de l’arachide à revendre près de sa porte. Selon ses explications, le bébé qui était sur un banc est tombé sur le feu mais je n’y crois pas. Toutes ces blessures sont causées par les brûlures. Cela s’est ce matin. Je ne peux rien faire si ce n’est m’en remettre à Dieu. J’ai beau parlé, mais les problèmes ne font qu’augmenter entre nous. Mon mari a tout fait mais en vain. Je ne voulais pas qu’on en arrive là mais je n’y peux rien. Le bébé s’appelle Mahfouz Diallo », explique la mère du bébé, Djenabou Diallo.

Interrogé sur le sujet, le chef secteur 1, dans le quartier Daka 1 confirme l’information, avant de souligner que des citoyens en colère ont voulu la lyncher.

« Aussitôt informé, je me suis rendu sur les lieux. Après j’ai expliqué au chef de quartier comment j’ai trouvé les choses et il m’a dit d’informer la brigade de proximité “Taadhe” et juste après la police a fait irruption sur les lieux. Les voisins se sont mobilisés et ils voulaient la lyncher puisque selon eux, la dame accusée dans cette affaire fait vivre l’enfer à la mère de ce bébé et à ses enfants. Et même ses voisins, elle les rend la vie difficile selon les témoignages. Heureusement, nous avons pu maîtriser la foule afin que la police puisse l’amener et nous nous sommes rendus ensemble au commissariat de police. Les responsables de la police nous ont ensuite instruit d’envoyer le bébé à l’hôpital régional pour des soins. L’accusée s’appelle Adama Hawa », soutient Maître Alhassane Doumbouya.

Avec Mosaiqueguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :