La MAOG sensibilise au marché Madina : ‘’le commerce aux commerçants, la politique aux politiciens’’

Ayant appris la fermeture des magasins et boutiques dans les grands marchés du pays pour des raisons politiques, la Maison des Associations et ONGs de Guinée a vite mis en place un projet pour sensibiliser les citoyens à rouvrir les commerces afin de permettre aux citoyens de s’approvisionner comme d’habitude.

nullCe jeudi, 5 novembre, Lansana Diawara et son équipe ont investi le grand marché de Madina (le plus grand du pays) pour lancer leur initiative qui vise à dépolitiser les commerces.De la Casse, en passant par le marché Avaria jusqu’au Niger, les membres de la MAOG avec mégaphones en mains, se sont exprimés dans les langues nationales pour mieux faire passer leur message.Devant certains magasins fermés, le coordinateur de cette plateforme de la société Civile, Lansana Diawara s’arrêtait pour communiquer avec les nombreux commerçants arrêtés devant leurs magasins, pour les sensibiliser. Certains parmi eux ont promis de passer dans des zones du marché pour motiver les autres à rouvrir leurs commerces. Après ce long parcours, Lansana Diawara, coordinateur national de la Maison des Associations et ONGs de Guinée a tenu à indiquer : « C e sont des actions très importantes. Elles sont non seulement orientées au niveau des commerçants, mais également du gouvernement. Pour nous, il est important à ce stade, que les commerces s’ouvrent. C’est vrai qu’il y a beaucoup de commerces qui sont ouverts, mais il y a d’autres qui refusent d’ouvrir et il y a de multiples raisons. Il y a certains qui refusent parce qu’ils ont reçu des instructions des formations politiques à ne pas ouvrir, d’autres c’est parce qu’ils ont peur à cause de l’insécurité. Alors, nous, on leur demande de bien vouloir ouvrir, tout en interpellant le pouvoir public à assurer le maximum de sécurité à ces commerçants quand ils ouvrent leurs commerces. C’est un facteur très important. Les partis politiques, les ministres ne subissent absolument en rien les conséquences de fermeture des commerces ». Inviter l’Etat à dédommager les victimes des pillages orchestrés par des personnes non encore identifiées. « Nous les exhortons à bien vouloir ouvrir et nous interpellons l’Etat à dédommager ces commerçants qui ont été victimes de vandalisme dans le passé. Donc, c’est une journée de lancement qui va continuer pendant des semaines. Le commerce aux commerçants, la politique aux politiciens. De la même manière, un commerçant ne peut pas aller au siège d’un parti politique pour vendre ses articles ou pour faire son commerce. C’est de la même manière qu’il est inadmissible que la politique s’ingère dans les commerces », a soutenu Lansana Diawara.A la casse où la délégation s’est rendue avant de sillonner le marché, Elhadj Kader Traoré, président de la corporation des casses de Guinée, a dit sa réjouissance liée à cette initiative, avant de dénoncer ensuite le non-respect des lois de la République. « C’est pour nous un sentiment de satisfaction d’avoir reçu cette ONG Chez nous à la casse. Vous devez être rigoureux et fermes dans la prise des décisions. Car, aucune société ne peut évoluer sans le respect rigoureux de la loi. Ce qui se passe, c’est le non-respect des lois du pays. Je remercie infiniment la société civile pour leur démarche envers la paix pour la population guinéenne. Nous les soutenons pour la réussite de cette initiative », a-t-il martelé.Cette initiative, premier du genre en Guinée, se poursuivra dans les prochains jours, dans les grandes régions du pays.

Avec Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :