La « bombe Bolton » qui bouleverse le procès en destitution de Donald Trump

Le scoop du « New York Times », révélant que Trump a bien confié à l’ex-conseiller à la sécurité nationale qu’il exerçait un chantage à l’aide militaire auprès des Ukraniens, rebat toutes les cartes dans le procès en destitution au Sénat.

Le crime était presque parfait. Le cover upimpeccable. Au Congrès, les défenseurs de Trump s’apprêtaient à plier l’affaire. Le public tournait déjà la page, les sénateurs républicains, même les plus modérés, avaient tous capitulé devant le Great Leader et sa base enragée. Le procès en destitution de Donald Trump allait s’achever sur une victoire. La messe était dite.

Et puis Bolton a déboulé. Dimanche soir, dans un scoop magistral, les deux stars du « New York Times », Maggie Haberman et Michael Schmidt, ont rebattu toutes les cartes en révélant le contenu du manuscrit du livre que Bolton s’apprête à publier. L’ancien conseiller à la sécurité nationale y révèle qu’en août dernier, Trump a explicitement lié, devant lui, l’aide militaire à l’Ukraine à l’annonce d’enquêtes impliquant Joe Biden et son fils Hunter.

Stupeur dans le camp républicain. Tout observateur honnête sait depuis des mois que Trump a bien exercé un chantage à l’aide sur les Ukrainiens, mais aucun témoin direct ne l’avait confirmé jusqu’ici.

C’était l’un des arguments majeurs que prévoyaient de déployer les avocats pour, annonçaient-ils, convaincre les sénateurs que « le président n’a absolument rien fait de mal ». La bombe Bolton change tout.

L’OBS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :