KPC et Antonio Souaré: Alpha Condé met fin à la « chienlit »

Chienlit ! C’est le terme utilisé samedi soir par la télévision nationale pour décrire l’adversité que se livrent Antonio Souaré et KPC à travers leurs partisans sur les réseaux sociaux et dans une certaine presse. C’est pour mettre fin à cette chienlit, nous apprend le service de communication de la fédération guinéenne de football (Féguifoot), que le chef de l’Etat a reçu les deux protagonistes dans la journée de ce 27 mars 2021 afin de sonner la fin de la récréation.

Peu après l’audience à la présidence de la République, les deux ont donné un point de presse en présence de Mathurin Bangoura, président de la ligue professionnelle de football, par ailleurs gouverneur de la ville de Conakry. C’est ce dernier qui aurait été choisi par le palais comme facilitateur entre les deux protagonistes. A cette occasion, les deux hommes ont appelé leurs partisans et militants à la cessation de toute forme de campagne en lien avec le congrès électif en vue. Les candidatures ne sont pas déposées. La commission électorale n’est même pas encore mise en place. On est encore loin de la campagne pour cette élection prévue en fin avril.

Une intervention du chef de l’Etat qui vient ainsi rappeler à ces deux hommes d’affaires nourrissant l’obsession d’avoir ou de conserver la présidence de la Fédération guinéenne de football, à un peu plus de responsabilité dans un pays où l’unité nationale est déjà très affectée. Pour l’heure, malgré cette chienlit-pour reprendre nos confrères de la RTG-aucun des deux ne met en avant un projet de société. Rares sont, s’ils existent, les êtres humains qui ont vu un seul projet de société rédigé par l’un des deux camps. On ne parle même pas du bilan jugé catastrophique d’Antonio Souaré. Encore moins de la gestion des montants qu’il reçoit de l’international au profit du développement du football guinéen. Aucun débat sérieux et objectif autour des deux candidatures. Pires que les politiques, ils ont réussi à opposer des artistes, des journalistes et bien d’autres qui s’insultent parfois alors que le nombre de votants ne dépasse pas 65 personnes. C’est à se demander quel enjeu pourrait se cacher derrière la course à la présidence de la Féguifoot pour un homme d’affaires qui doit sa fortune à ses affaires dans le BTP à la veille de l’organisation en Guinée d’une compétition africaine et un propriétaire d’une société de paris sportifs dont la gestion à la tête de la plus haute instance du football guinéen est entachée de scandales non encore élucidés.

Avec Guinee114

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :