Kory Kondiano : ‘’la violence ne rapporte absolument rien’’

Le domicile de l’ancien président de l’assemblée nationale a été la cible en juin dernier d’une horde de manifestants pour exiger le courant électrique à Matoto Khabitaya. Claude Kory Kondiano, qui a reçu samedi des sages du quartier venus lui présenter des excuses, a déclaré que les protestataires ont eu tort de s’attaquer à lui.

Le Haut représentant du chef de l’Etat assure qu’il a toujours œuvré pour le bien-être des habitants de Matoto Khabiya depuis qu’il habite dans le quartier.

‘’Les sages que vous êtes, vous avez été pris de court. Les jeunes ont préparé dans l’ombre ce qui a été fait ce jour-là sans au préalable aller vers vous’’, indique-t-il à la délégation, assurant qu’il avait pris les devants pour doter le quartier d’un nouveau transformateur électrique.

‘’Moi j’étais en train de travailler. J’ai un défaut, je n’aime pas mettre en relief ce que je fais. Quand ce transformateur est tombé en panne, j’ai pris contact avec les responsables qui gèrent le domaine de l’électricité dont mon ami Taliby avant qu’il ne quitte le ministère de l’Energie’’, raconte-t-il.

‘’Je lui ai dit de tout faire pour donner un transformateur de grande capacité à Khabitaya. On en a parlé à deux reprises à l’hémicycle. C’est un garçon qui est très brillant dans son domaine. Je le lui rappelais à plusieurs reprises en disant que j’ai déjà perdu plusieurs appareils électroménagers, comme la plupart des familles du quartier. Entre-temps, il est parti. Je suis resté en contact avec de hauts fonctionnaires de l’Energie, mais je n’ai pas rendu compte. J’ai eu tort de ne pas le faire’’, assure Kory Kondiano.

Il affirme qu’il aurait dû prendre contact avec les ‘’sages du quartier pour leur dire ce que j’ai fait. En 2014, nous avons fait un an ici sans transfo, sans courant. Mais personne n’a levé le petit doigt. Si les jeunes ont raison de réclamer le courant, ils ont eu tort de se comporter comme ça (…). Ils ne peuvent pas se lever comme ça pour faire ce qu’ils veulent. Ce qu’ils ont fait peut être récupéré par d’autres quartiers’’.

Dans toute société, rappelle-t-il aux sages, ‘’il faut s’asseoir pour dialoguer. La violence ne rapporte absolument rien. Entre l’Allemagne et la France, pendant la seconde guerre mondiale, avec tout ce que la France a perdu, personne ne pouvait imaginer que ces deux pays allaient se réconcilier. Dans l’Union européenne, ce sont les deux mastodontes, parce qu’ils s’entendent. Périodiquement, le président de la France et la chancelière allemande se rencontrent pour discuter’’.

‘’Moi j’ai pardonné. Mon groupe électrogène qui est là, c’est pour permettre aux gens d’accéder à l’eau. Sans lui, la pression est faible. Il permet d’augmenter le débit de l’eau pour ne qu’il y ait une longue file d’attente. Sinon, je prends un petit groupe pour me donner de la lumière dans mon petit coin’’, conclut l’ex-numéro 1 de l’assemblée nationale.

Avec VisionGuinee.Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :