Kindia-Telémelé : les coupeurs de route règnent en maître, les chauffeurs menacent d’arrêter les activités

La route nationale Kindia-Télimélé est aujourd’hui en proie des coupeurs de route. A l’espace de deux semaines, ils ont perpétré au moins 5 attaques sur ce tronçon. Une situation qui inquiète les usagers de cette route.

Le jeudi, 29 dernier, un véhicule a été attaqué, des passagers blessés et des sommes importantes emportées par les assaillants. Vu cette recrudescence d’attaque à main armée, les chauffeurs de ce tronçon menacent d’arrêter les activités.

Parcourir ce tronçon Kindia-Télimélé est devenu aujourd’hui une inquiétude pour les usagers. Chaque jour des véhicules sont arraisonnés par des coupeurs de route lourdement armés. Une situation qui inquiète Yamoussa Camara malgré la pléthore des barrages au cours de la route.

‘’Vraiment, nous souffrons sur cette ligne. Tous les jours que Dieu fait, nous sommes victimes d’attaque par les coupeurs de route. Nos passagers sont blesses et nous mêmes dès fois on reçoit des coups et les femmes sont menacées de viol. Le dernier cas qui s’est produit hier, il a fallu l’intervention de l’apprenti qui s’est battu avec ses assaillants pour ne pas qu’on viol sa nièce. Nous demandons à l’Etat de réagir sinon, nous allons cesser toutes activités sur ce tronçon. Nous sommes des pères de familles et nos vies sont aujourd’hui exposées. Cela ne peut pas continuer. Nous payons les taxes et l’Etat est incapable de nous sécuriser et de sécuriser nos biens.  Aujourd’hui, quand tu es sur ce tronçon tu es dans une inquiétude totale parce qu’on peut vous attaquer d’un moment à l’autre », dit-il.

Ils sont très nombreux ces chauffeurs qui ont été la cible des coupeurs de route sur ce tronçon Kindia-Télimélé. Sidiki Keita, chauffeur a été une fois attaqué, il revient sur les faits en ces termes. « Moi, j’ai été victime d’attaque, c’est terrible, on a tiré sur mes pneus et les assaillants ont tout emporté y compris nos téléphones, une somme de plus de 3 millions fg emportées du coté des passagers. Ce qui est plus grave, c’est que les bandits nous ont dit qu’ils vont continuer leur salle besogne jusqu’à la fin du ramadan. Ça veut dire que nos vies sont en danger. Les postes de barrage ne foutent absolument rien. Pour moi l’attaque dont j’ai été victime n’était pas loin d’un poste de barrage, mais ils n’ont pas bougé. Il y a eu des coups de feu, mais ils ne sont  pas intervenus. L’heure est grave et il faut que les bandits laissent cette ligne », ajoute-t-il.

Pour l’heure, les chauffeurs de ce tronçon attendent impatiemment la réaction des autorités avant de mettre leur décision en pratique.

Avec Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :