Kindia: fin du conflit domanial à Friguiagbé avec l’implication du ministre Oyé Guilavogui, 12 personnes mises en liberté provisoire

C’est au cours d’un point de presse organisé ce Dimanche 20 juin à son domicile privé sis dans le quartier ferefou 1 dans la commune urbaine de Kindia que le ressortissant de kindia, ministre d’État, ministre de l’environnement et des Eaux et forêts est revenu sur cette libération des 12 personnes arrêtées pendant les affrontements survenus le vendredi 16 Avril 2021 dernier.

Après quelques mois passées à la maison centrale, ils ont été libérées provisoirement. Une libération rendue possible grâce à l’implication du ministre Oyé Guilavogui et l’ensemble des ressortissants de la dite localité.

Le ministre Oyé revient sur le processus qui a prévalu à la libération provisoire de ces 12 personnes arrêtées pendant l’affrontement qui avait fait 1 mort.

« Ce domaine conflictuel estimé à plus de 990 hectares se trouve juste à l’entrée de friguiagbé une sous-préfecture relevant de la préfecture de Kindia a fait au moins 1 mort.

C’est un conflit qui est né depuis le temps colonial et chacun a pris la parténite du domaine et chacun porte sur lui un document. il y a eu affrontement. des maisons ont été brûlées, des voitures calcinées,il ya eu beaucoup de dégâts.

Finalement les gendarmes et le procureur se sont investis sur le terrain, il ya eu 12 personnes interpellées qui ont été conduites à la maison centrale. L’État a été saisie,moi personnellement j’ai été informé par le président de la République qui m’a intimé de m’intéresser à la résolution de ce problème.

Le lendemain de ma rencontre avec le chef de l’État, tous les ressortissants de friguiagbé se sont transportés chez moi pour me dire que je suis le seul à résoudre ce problème.

C’est depuis ce jour que je me suis investi,la seule recommandations si je dois m’investir qu’il n’y ait pas de procès ni d’histoire à raconter. Ils se sont mis d’accord. Par la grâce de Dieu,nous avons trouvé une solution » explique le natif de Kindia.

interrogé sur les clauses de cet accord,le ministre d’État, Oyé Guilavogui souligne: « Le chemin trouver est de repartir le domaine sur papier avec l’accord de toute les parties prenantes avec sagesse. Dans la répartition nous avons privilégié ceraines parties qui détenaient des papiers.La famille qui avait dans son papier 62h nous avons tenu compte.

Il y a aussi des familles là-bas qui n’étaient pas investies dans ce problème il s’agit de la famille camara et Bangoura, elles ont été prévues dans la répartition. La famille Sylla, principale famille qui se réclame depuis plus de 60 ans, propriétaire du domaine qui était en conflit avec la famille soumah à bénéficier du reste. Les infrastructures sociales de base qui doivent être réalisées ont été ressorties.

La répartition a été consensuelle,donc j’ai fait signé par toutes les parties prenantes. Non seulement, tu signes, tu poses ton emprunte sur le papier ce qui fut fait. je me suis investi dans la résolution de la partie civile » rassure-t-il avant de renchérir : « Dès l’instant qu’on s’est accordé. tout le monde a signé. Il fallait faire face donc à la partie pénale puisqu’il y a eu mort d’homme,il fallait donc que la famille victime désiste, j’avais déjà les papiers de désistement de ces familles par écrit et cela où les juges sont intervenus pour une sortie de crise definive ».

Avec chrono.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :