Kindia. Des jeunes dans la rue pour réclamer de l’emploi : ”nous n’irons pas voter si…”

Ils sont une vingtaine de jeunes à investir, ce jeudi, les rues de la commune urbaine de Kindia, chef-lieu de la Guinée Maritime, situé à 135 km de Conakry. Ces jeunes munis de banderoles ont déploré le manque d’emploi des jeunes et la corruption galopante.

nullC’est sous des slogans “à bas le chômage”, “la corruption” que ces jeunes ont fait quelques minutes de marche avant de tenir leur discours.“Son excellence Monsieur le Président de la République, professeur Alpha Condé, M. le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, chers employeurs et leurs organisations, les jeunes se mobilisent et se prononcent en faveur d’un meilleur avenir placé sous le signe de travail décent. Leurs emplois nous touchent grandement au cœur. Nous vous prions donc de promouvoir activement l’emploi et l’insertion sociale des jeunes de Kindia en les encouragent à jouer un rôle dans les activités organisationnelles du pays. […]”, disent-ils dans leur discours.Interrogé sur le motif de sa présence parmi les manifestants, Ali Zabra Camara d’affirmer : “depuis l’avènement de ce régime en Guinée, la jeunesse de Kindia n’a presque rien profité, les routes, les infrastructures, les lieux de loisirs rien, et surtout l’employabilite des jeunes c’est ce que nous revendiquons ce matin. A Kindia, les politiques viennent apporter des miettes aux jeunes et cette fois, nous voulons lutter contre ça”.Pour sa part, l’un des responsables de ce mouvement parle d’une marginalisation des jeunes de Kindia dans les différentes entreprises.Pour lui, si leurs revendications ne sont pas satisfaites, ils ne vont pas voter.“Si vous prenez aujourd’hui les entreprises, il n’y a aucun jeune de Kindia qui y évolue. A l’approche des élections, ces leaders politiques viennent pour manipuler et après les élections, ils nous rangent dans des oubliettes. Donc, menons le combat de Kindia et si nos revendications ne sont pas satisfaites, nous n’irons pas pour voter”, dit-il.Dans une certaine opinion, derrière cette faible mobilisation des jeunes autour de cette revendication, il y a une main noire. D’autres pensent que ces jeunes manifestants se seraient réunis pour juste attire l’attention des leaders politiques vers leur cause lors de élection présidentielle du 18 octobre prochain.Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

Avec Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :