Il est temps de dialoguer, même avec le diable, plutôt que de manifester encore

Le Fndc cherche, de nouveau, à sortir ses militants et sympathisants dans la rue pour exiger la libération de centaines de ses membres détenus arbitrairement par le régime du Professeur Alpha Condé. 

Des analystes politiques se demandent “si c’est vraiment la seule solution pour les faire libérer et surtout gagner la bataille pour l’alternance démocratique’’. Beaucoup d’espoirs reposent sur le Barreau guinéen, que ce soit devant la Cour constitutionnelle qu’au niveau de celle de la Cedeao.

Tous les commentateurs politiques ont apprécié les sorties, dans l’Emission “les Grandes Gueules” d’Espace Fm, de Me Pépé Antoine Lama et Me Mohamed Traoré, qui estiment que le Ministre de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, n’a pas abordé le sujet relatif aux différentes versions de la Constitution adoptée lors des élections controversées du 22 mars dernier.

Les millions de guinéens qui souhaitent l’alternance font-ils les contributions nécessaires pour soutenir le Fndc ? Le Fndc est-il bien structuré pour aider le pays à sortir du labyrinthe dans lequel il se trouve depuis la fin du deuxième mandat du Général Lansana Conté, au début du siècle ?

Le président de l’Ufdg, Cellou Dalein Diallo, lors d’une assemblée générale de son parti, a déclaré que sa formation politique, avec plus de cinq (5) millions de militants et sympathisants, est la plus grande du pays. A voir les manifestations organisées par ce parti ou par le Fndc, on peut aisément être en accord avec lui.

Le Fndc manque de fonds pour mener à bien ses activités. Il est fort possible que l’Ufdg, en mettant à contribution cette masse de militants et sympathisants, puisse renflouer ses caisses et “dépanner” le Fndc. Il suffit que le Président de l’Ufdg lance la campagne de financement pour que, partout à travers le monde, ses militants et sympathisants se mobilisent.

Souscription d’un dollar US, de 10 000 GNF, de 500 CFA

Plutôt que de manifester, de quelle que manière que ce soit, le Fndc devrait s’engager dans une campagne de financement à travers ses forces politiques (Ufdg, Ufr, Pedn, Pades, etc.). Un financement qui, pour moitié, servira à soutenir matériellement et financièrement les familles des détenus, celles des victimes et faire face aux dépenses nécessaires en honoraires professionnels, comme ceux des avocats.

L’autre moitié, reviendrait à la formation politique ou à l’organisme de la société civile collecteur de la cotisation. Une telle opération permettrait d’éviter de faire de nouvelles victimes, de venir en aide aux familles des détenus, à celles des tués et blessés et de renflouer les caisses des partis politiques et celles des organismes de la société civile membres du Fndc.

Il faut privilégier le dialogue aux marches

Il est certain que des centaines de milliers de personnes adhéreraient davantage à une telle opération qu’à participer aux manifestations que le Fndc envisage d’organiser. Des centaines de milliers de personnes sont certaines que le dialogue recommandé par la Cedeao et les autres partenaires financiers, techniques (notamment l’Union européenne, Allemagne, Etats Unis, France et Oif) et diplomatiques de la Guinée, y compris les Russes, Chinois et Turques “amis” de tout gouvernement en place, est préférable aux manifestations de l’Opposition. C’est pour cela que le Fndc et plus particulièrement l’Ufdg, l’Ufr, le Bloc libéral, le Pades, le Pedn, etc., devraient concentrer leurs forces sur la tenue du dialogue plutôt qu’à l’organisation de journées d’actions civiles ou de marches dont les résultats ne vont pas changer la donne sur le terrain.

Comme l’a si bien dit Aliou Bah, leader du MoDel, une des figures du Fndc, dans une interview qu’il accordée au ledjely.com (ledjely.com), “les manifestations sont entre autres composantes de notre façon de lutter depuis le début, il n’y a pas que cela. Les manifestations ont fait leurs effets, ont donné leurs résultats. D’abord en termes de légitimité, aujourd’hui on n’a aucun doute que la légitimité se trouve du côté du peuple de Guinée et de ceux qui se reconnaissent du côté du FNDC. Donc, nous n’avons plus besoin de faire de la démonstration, de la mobilisation de l’opinion publique nationale’’… Lire la suite de l’article sur Guinafnews.info en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :