Gestion calamiteuse du COVID-19 : lettre Ouverte au Président de la République (Paul Kamano)

« La Santé avant tout, sans la santé point de développement », dit-on,

Excellence Monsieur le Président, nous vous connaissons patriote engagé, panafricaniste de vision qui a toujours défendu le droit des peuples opprimés. Cet engagement pour la dignité, vous l’avez manifesté depuis toujours, à la FEANF ensuite enseignant à la Sorbonne, puis leader politique, précurseur de la démocratie pluraliste en Guinée. Faut-il ajouter, Excellence, Monsieur le Président, depuis l’avènement de la troisième république dont vous êtes le guide éclairé, beaucoup d’efforts ont été accomplis, la croissance économique a été ressentie à tous les niveaux de la vie active, des infrastructures de première nécessité, l’électricité qui était un atout de développement de première nécessité, qui faisait défaut à notre pays a été compensé par le grand projet de Kaléta et Souapiti et donner la possibilité aux entrepreneurs et à toute la population l’accès régulier et constant à l’électricité, source d’énergie vitale. Que dis-je encore : la Guinée est en marche et avec elle, le progrès économique et social. Pour vous, Excellence, Monsieur le Président, et pour la Guinée tout entière, nous nous en réjouissons vivement et vous félicitons.

Cependant, compte tenu du fait que le développement durable de toute nation est une œuvre de longue haleine, nous voulons attirer votre attention qu’il reste beaucoup à faire notamment en ce qui concerne la gestion responsable du dernier public destiné aux financements et à l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées. En effet, si la crise sanitaire liée à la maladie à Virus Ebola nous a surpris et ébranler non seulement l’économie nationale mais aussi emporter des vies humaines, cette deuxième vague de crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (COVID 19) devrait, en principe, être bien gérer à partir de l’expérience qu’on aura acquise lors de l’épidémie de la maladie à Virus Ebola. Malheureusement, force est de constater que l’autorité publique chargée de prévenir et endiguer la propagation de cette pandémie en Guinée, se préoccupe de l’intérêt personnel en organisant des campagnes de sensibilisation aux couts faramineux.  Si ailleurs on s’aperçoit de l’effort que les autorités publiques consentent pour aider les populations à résister aux mesures drastiques liées au confinement et son impact négatif sur le quotidien des populations à faible revenus. Partant du constat que certains responsables au plus haut niveau, en toute inconscience morale se livrent à des malversations de tout genre pour desservir la population dans l’optique de s’enrichir  personnellement. Nous crions scandales, corruption et faisons allusion d’une de vos déclarations condamnant ces genres de pratiques malhonnêtes et irresponsables ; je cite « Certains cadres guinéens sont malhonnêtes ». aux moments où vous prononciez cette déclaration véridique, vous n’avez pas été compris et certains cadres se sont sentis offusqués,  mais en réalité, à s’en tenir aux comportements peu vertueux de certains de nos responsables gouvernementaux en charge de la gestion de cette crise sanitaire effroyable (COVID 19) qui se fait de plus en plus menaçant, on a un pincement au cœur. Déjà à moins d’un mois de sensibilisation contre le COVID 19, les scandales de mauvaise gouvernance liée à la gestion de cette crise sanitaire sont innombrables :

Selon les rapports des services techniques de la Banque Mondiale, le plan de riposte économique du Gouvernement Guinéen à la crise sanitaire (COVID 19) s’avère catastrophique en ce sens que le plan de riposte proposé parait surestimé au plan macroéconomique.  Cette surfacturation exagérée s’étant également sur les mesures sociales. Les mêmes experts soulignent par la même occasion que le cout de la prise en charge des factures d’électricité des consommateurs de la catégorie sociale pendant trois mois (Avril-Juin 2020 parait surestimé.

En ce qui concerne les mesures barrières de prévention contre le COVID 19 jusqu’à présent se sont les ONG, les entreprises et quelques particuliers qui se proposent d’apporter l’aide nécessaire aux populations à faibles revenus notamment en les distribuant des masques, des gels hydro-alcooliques et bien d’autres supports. L’action gouvernementale sur le terrain est encore limitée par rapport aux besoins de la population vulnérables, démunies pour la plupart des cas. Au niveau de la prise en charge des malades infectés du COVID 19 au CTE de Donka, selon les témoignages des malades guéris, les conditions d’alimentation laissent beaucoup à faire même si la qualité de la prise en charge médicale est excellente.

Cette habitude irresponsable de se servir des situations dramatiques de ce genre pour écumer les populations devient récurrente en Guinée et mérite des sanctions pour mettre fin à la malversation financière qui coute déjà trop au contribuable guinéen et discrédite l’autorité publique chargée d’administrer ces genres de crise au profit du peuple. Trop c’est Trop, il est temps de réagir.

Excellence Monsieur le Président, il est vraiment temps de réagir car ce genre de pratique malsaine éclabousse négativement l’honorabilité des autorités publiques et de la nation guinéenne tout entière.

En tant qu’autorité souveraine, première instance de décision de l’Etat guinéen, vous devez agir pour mettre fin à cette tradition de mauvaise gouvernance qui ne profitent qu’à un petit groupuscule de personnes au détriment du peuple.

Excellence Monsieur le Président,  à s’inspirer des modèles de responsabilités présidentielles, comme tout récemment en Afrique du Sud où le Président Ceryl Ramaphoza a pris des mesures sanctionnant sévèrement la Ministre de la Communication pour avoir publié une photo sur les réseaux sociaux sans respect des mesures de distanciation.

Excellence Monsieur le Président, si on s’en réfère au cas Rwandais où le Président Paul KAGAME, a limogé la ministre de la Santé pour l’avoir menti sur la distribution effective des Kits de lavage des mains. On s’aperçoit que pour mettre fin à certaines malversations et au manque de responsabilité de certains commis de l’Etat, il faut l’autorité et des sanctions qui en sont liées.

Au terme des propositions et suggestions constructives, Excellence Monsieur le Président, Pour assurer une bonne gouvernance de ces crises sanitaires de plus en plus récurrentes, il plutôt recommander de définir désormais une stratégie sinon une planification de gestion durable à travers une commission interministérielle ouvert aux partenaires privés avec une seule centrale administrée par un entrepreneur qui en a l’expérience et la compétence à l’instar Kerfala CAMARA KPC, de Fady WASNI  ou de Antonio SOUARE tous mécènes, philanthropes ; capables de redistribuer de façon équitable le fond dégagé pour endiguer les pandémies du genre COVID 19. Ces genres de gouvernance économique et financière assurée par des personnes habilitées et consciencieux à fait sa preuve ailleurs notamment au Nigeria avec Aliko DANGOTE, qui a requis par le président Mammadou BUHARI pour mobiliser le secteur privé dans la lutte contre le COVID 19. En général les hommes d’affaires nantis de ce genre ont peu d’intérêt à détourner les derniers publics, au contraire, ils savent être charitables.

Excellence Monsieur le Président, cette lettre n’est pas pour vous accabler de quoi que ce soit puisse qu’on vous connait intègre, défenseur des droits des opprimés. Cependant, nous voulons tout simplement vous interpeller sur le fait que certains de vos collaborateurs chargés d’administrer certains grands projets de développement n’arrêtent pas d’éclabousser, par des comportements ignobles, l’image de la République et avec elle l’honorabilité et la considération que vous incarné à l’échelle nationale et internationale.

 Excellence, Monsieur le Président, Au-delà des rapports étriqués et flatteurs  que certaines personnes malintentionnées vous font miroiter en vain, nous voulons, tout simplement nous acquitter d’un devoir citoyen : vous tenir informer de la réalité du terrain afin de prendre la décision qui s’impose pour le bien de tous.

PAUL KAMANO

Coordinateur de la COPE-Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :