Féguifoot: les dessous du divorce entre Antonio Souaré et Dbeck, patron du département Communication

Dans un communiqué diffusé sur le site de la Fédération Guinéenne de Football et repris par la presse sportive le lundi, 20 juillet, l’homme d’affaires Antonio Souaré, patron de Guinée Games et président de la FGF, a nommé un nouveau responsable de la Communication et Médias de l’institution.

Le journaliste de grande notoriété, Ibrahima Sory Diallo communément appelé Debeck, a-t-il donc été débarqué et remplacé par un autre confrère ? Le désormais ancien patron de la Communication de la fédération a-t-il manqué de résultat à ce poste pour être limogé par Antonio ? Ce sont là des interrogations que toute personne qui connaît l’intéressé se poserait après lecture de l’acte pris par Antonio Souaré.

De fil en aiguille, nous découvrons qu’Ibrahima Sory Diallo a plutôt pris ses distances lui-même d’Antonio Souaré depuis le mois de mars 2020. Le patron de la plus haute instance du football guinéen, à qui on pourrait reprocher de ne pas avoir eu l’honnêteté administrative de rappeler que le précèdent a quitté de lui-même, aurait pu continuer à garder Ibrahima Sory Diallo.

Ce dernier l’avait quitté parce qu’il lui reproche un défaut de matérialisation des engagements pris et une collaboration pas facile, basée sur les humeurs et des intérêts. «J’ai pris ma décision de quitter la fédération depuis mars 2020 pour incompatibilité d’humeur, non respect des engagements, mensonge permanent…J’ai quitté de moi même et j’ai voulu l’annoncer depuis mais c’est mon ami Abdoulaye Condé (Proche d’Antonio Ndlr) qui me disait de ne faire aucun bruit», nous a confié Ibrahima Sory Diallo dit D.beck qui souhaite plein succès à son successeur à ce poste.

Et de poursuivre: «Je reste convaincu et fier de l’effort et de la lutte infernale que nous avons menée nuit et jour pour défendre bec et ongle monsieur Antonio Souaré à une période extrêmement difficile pour lui. J’ai été nommé à la tête du département Communication et Médias avec mes collègues le 05 décembre 2017. De cette date à mon départ volontaire de la fédération en mars 2020, j’ai pu réhabiliter le site de l’institution qui roupillait depuis plusieurs années, la page Facebook et créé́ les pages Instagram et Twitter pour le plus grand bien du football guinéen et à l’image des institutions africaines de foot telles que celles de la Mauritanie, du Sénégal, de la Cote d’Ivoire… De zéro abonné, sur la page Facebook, on est à près de 100 mille abonnés aujourd’hui. Cet acquis, plutôt travail, je l’ai fait avec des jeunes journalistes dévoués et engagés pour défendre le président Antonio Souaré et l’institution qu’il incarnait. 

Mon équipe et moi, étions à tous les fronts, à tous les matchs de nos équipes nationales, des clubs dans les compétitions africaines, le tournoi des moins de 20 ans de l’Ufoa à Conakry, pour la fabrication des feuilles de match au stade 28 septembre avec les commissaires de match de la FIFA ou de la CAF. Après les matchs, nous embarquions les machines (imprimante, ordinateur portatif, etc.) pour le siège de la fédération avant de rejoindre par la suite nos domiciles respectifs.

Je prenais l’argent de ma poche souvent pour financer quelques intrants ou le transport de mes collaborateurs. La mission qui nous a été confiée par monsieur Antonio Souaré, nous l’avons pleinement accomplie. Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu à accomplir ce noble et exaltant travail à la tête du département Communication et Médias de la FGF. J’ai décidé́ de partir de la fédération pour incompatibilité́ d’humeur, le non respect des engagements pris par la hiérarchie, les luttes et gué guerres inutiles…qui ne me ressemblaient pas. 

Ma mission principale était celle de défendre l’image du président Antonio Souaré et l’institution qu’il dirigeait. Ce n’était point pour me battre comme un boxeur dans un round contre telle ou telle autre personne. Par contre, pour une question de cohérence, une bonne partie de mon équipe n’a pas accepté accompagner certaines commodités qui tendaient à ternir l’image de l’institution. La mission de journaliste, on continuera à l’assumer inlassablement. Désormais, je pense que chacun saura départir le communicant qu’on était pour celui de journaliste que nous sommes désormais”. 

A quelques mois de la fin de son mandat, plus précisément le 28 février 2021, Antonio Souaré perd ainsi les services d’un professionnel qui a su donner plus de visibilité à la fédération. Ce n’est pas nouveau. D’autres personnes en ont été victimes déjà. Le richissime homme d’affaires guinéen ne semble pas avoir de grandes qualités managériale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :