Face au piège permanent des faux alliés, comment s’y prendre? (édito)

On est tous d’accord que notre opposition est infiltrée jusque dans sa colonne vertébrale.
Que Dalein est espionné jusque dans sa chambre à coucher. Ni son verre d’eau ni son assiette n’est à l’abri.

Qui est à l’abri ?

Le pouvoir déploie son énergie, son argent, son intelligence, ses services de sécurité, ses renseignements généraux pour contrôler le mouvement de sa vraie opposition et de son seul et coriace opposant (Cellou). Il donne de l’insomnie au pouvoir. Il est le cauchemar de tout le système.

Le piège permanent !

Le temps a révélé la nature de chacun. Ceux qui criaient à gorges déployées, ces faux amis , grands maîtres espions, le masque est tombé.
Et si ces ‘’déguisés opposants’’ n’étaient que des maîtres espions, collecteurs d’informations et de démineurs de stratégies à la solde de l’État, collés à Cellou Dalein Diallo ?

Au regard des mouvements de nos essuie-glaces politiques, ces moulins à vent, ces gribouilleurs et adeptes de l’espionnage politique, on comprend aisément que l’échec de l’alternance démocratique n’était pas anodin.
Dieu seul sait combien sont-ils exactement ?
Ces renvoyés du gouvernement, ces démissionnaires de la mouvance pour une soi-disante frustration qui ont rallié l’opposition étaient tous ou presque en mission. Espionner Dalein, fragiliser ses choix.
Ils ont réussi à faire court-circuiter de l’intérieur toutes les stratégies.
Dans la lutte pour l’alternance démocratique, il y’avait plus de naïfs, de crédules que de stratèges.
Pourquoi c’est seulement à l’approche d’une élection qu’on enregistre plus de défection dans les rangs de la mouvance ? On crie à la fin du parti et autres… C’est du trompe-l’œil !
C’était pour amuser notre vigilance, infiltrer le mouvement. Cellou a été longtemps victime de son ouverture politique, de sa volonté de rassembler et de son amour sincère pour le pays.
Faisons une petite et analyse sur ces opposants qui font des va-et-vient. Ils viennent en grand nombre avant les élections adhérer à l’opposition et repartent tous après les élections. Mission terminée !

A qui croire désormais ?

En politique, la sincérité est un péché chez nous. Il faut apprendre la cruauté, le mensonge, la tricherie, la trahison. Il faut avoir plusieurs masques avec habilité.
La croyance, l’amitié, la sincérité se traite comme suit en politique : Ne pas douter de tout le monde mais sans y croire à personne.
A Cellou de croire et de comprendre qu’il est face à un piège permanent.
On ne lui apprend pas ce que les autres savent faire de mieux, c’est-à-dire, mentir, voler, tricher, espionner,… Non.
Il doit cependant adopter ses moyens de lutte et peaufiner ses stratégies en fonction de la réalité du guinéen.

Pourquoi pas lui aussi ?

L’éditorial lerevelateur224

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :