Examen d’une nouvelle loi sur la HAC : Azoka Bah (REMIGUI) tire la sonnette d’alarme

Selon plusieurs sources d’informations, la nouvelle loi sur la Haute Autorité de Communication, en examen en ce moment même à l’Assemblée Nationale, n’accorderait que deux (2) représentants à toute la presse guinéenne au sein de l’institution.

Une situation que beaucoup de professionnels de médias comme Azoka Bah, président du Réseau des Médias sur Internet en Guinée (REMIGUI), trouvent inquiétante.

«Dans la précédente Haute Autorité de la communication, les associations de presse avait Cinq(5)représentants, si maintenant on ne peut que nous donnerdeux représentants, celad’abord va poser un problème sur le choix des associations de presse qui vont nous représenter», a-t-il soulevé d’entrée.

Poursuivant, Azoka Bah dit craindre un ballonnement de la presse guinéenne à travers l’institution.

«Si on nous dit que la présidence de la République aura trois (3 )représentants,l’Assemblée Nationale aussi trois (3 ), cela veut dire que la nouvelle Haute Autorité de Communication risque d’être une caisse de raisonnance du parti au Pouvoir et du président de la République. Et il sera très difficile que cette institution puisse régulerl’information.Donc on s’interroge:est–ce que àtravers cette HAC, on ne cherche pas à ballonner les acquis sur la liberté de la presse en Guinée? Nous, associations de presse, nous devons nous retrouver très rapidement pour essayer de prendre une décision qui seraitque si on ne maintient pas les (Cinq) 5 représentants des associations de presse, qu’on reste sans représentants àla HAC», a alerté Azoka Bah au micro de nos confrères de mosaiqueguinne.com ce vendredi 12 juin.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :