Etat d’urgence sanitaire : le président Alpha Condé annoncera-t-il un assouplissement de certaines restrictions ?

Sauf cas de force majeure, le président de la république, devrait s’adresser à ses compatriotes, ce lundi 15 juin, sur la situation de la crise sanitaire due au Covid-19, dans son pays.

C’est en effet ce lundi que le Chef de l’Etat devrait décider de prolonger ou pas l’état d’urgence sanitaire qu’il a décrété dans son pays en lien avec la pandémie du Covid-19.

Avant une éventuelle adresse à la nation du président Alpha Condé, ce qui reste à confirmer, le parlement guinéen devrait en amont voter le principe d’une prolongation ou pas de l’état d’urgence sanitaire.

Ce qui focalise l’attention notamment des populations de Conakry, c’est la mesure relative au couvre-feu, en imposé de 22h à 05h du matin.

Dans une vox-pop réalisée par notre rédaction, on note qu’ils sont nombreux les habitants de la capitale, qui souhaitent une levée totale du couvre-feu ou à défaut un assouplissement de cette mesure.

Extraits choisis :

Alpha Oumar Baldé : 

«Moi, je souhaite que l’état d’urgence soit levé. Nous devons apprendre à vivre avec cette maladie, parce que l’économie de notre pays est à terre, nous payons aujourd’hui doublement le transport, cela nous affecte beaucoup. Les gens sont fatigués vraiment».

Mohamed Amadou Bah 

«Je ne vois pas vraiment pas l’importance de l’état d’urgence de 22h à 6h d’autant plus, je crois, à mon avis que toutes les contaminations se passent la journée, parce que la nuit personne n’est dehors et il y a beaucoup de gens qui travaillent et qui sont empêchés. Je veux qu’il soit levé».

Oumar Bah :

«Je voudrais que le lundi plus tard à 14h, qu’on m’informe que l’état d’urgence est levé, parce que cet état d’urgence est devenu une contrainte pour nous. On ne peut se déplacer presque pas et c’est très difficile. Mon souhait le plus ardent, c’est de voir cet état urgence levé».

Barry Abdoulaye

«Pour moi, l’état d’urgence n’a pas trop de sens, dans la mesure où c’est un moyen pour les forces de l’ordre et les autorités de s’enrichir au dos de la population. Si les autorités veulent, elles peuvent le lever ou maintenir, cela n’engagent qu’elles, parce qu’elles aiment toujours profiter de nous».

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :