Élection de Joe Biden : pour le Congo, pas grand chose à attendre, mais le pays doit attirer l’attention des USA sur le problème du terrorisme à Beni (Nicaise Kibel Bel’Oka)

Le démocrate Joe Biden est élu 46e président des États Unis d’Amérique. Après quatre jours de suspens, il a remporté le vote à Pennsylvanie, gagnant ainsi les 20 grands électeurs qui lui font franchir la barre de 270 grands électeurs exigés pour devenir président des USA.

Mais, ce retour des démocrates à la maison blanche ne va changer grand chose pour le Congo ou les Grands lacs, estime le journaliste-ecrivain Nicaise Kibel Bel’Oka. Car, fait-il remarquer, la politique africaine des USA demeure près que la même, en dépit de changement de camp.

Il appelle plutôt le Gouvernement congolais à fournir assez d’efforts dans la vente de l’image du Congo, pour mériter l’attention des américains.

« Il n’y a pas grand chose à attendre de ces élections, parce que la politique américaine pour l’Afrique ne change pas grand chose. Ce qui est important, il faut que la diplomatie congolaise cherche à être attrayante, pour que les États Unis mettent la RDC dans son agenda. L’enjeu pour la RDC, pour les Grands Lacs, il faut que la RDC vende son image. Parce que nous avons été battu à brèche par l’Ouganda et le Rwanda, il faut simplement que nous ayons une autre façon de vendre notre image. Avec tous les problèmes que nous avons connus, toutes les opportunités, les richesses notamment, si nous vendons une bonne image de nous, ils vont s’intéresser au Congo », indique M. Nicaise, également directeur du Centre d’études et de recherches géopolitiques de l’Est du Congo (CERGEC).

Il conseille le gouvernement ainsi que les intellectuels congolais de faire de la lutte contre le terrorisme à Beni l’une des priorités des plaidoyers à mener au près de l’administration Joe Biden.

« A l’heure où nous avons le terrorisme où l’État islamique réclame sa présence à l’Est de la RDC, avec la province Afrique que l’État islamique a créé, nous devons emmener les américains à s’intéresser à ce problème, pour qu’ils aident les services de défense et de sécurité de notre pays, l’armée et les services de renseignements à lutter contre le terrorisme. Aujourd’hui que l’État islamique déclare la RDC comme une province de l’Afrique centrale, il faudrait que tous les Congolais, le gouvernement congolais, les élites, les intellectuels, les bureaux d’études de la RDC, présentent ce danger là, qui est un danger mondial, et emmènent les américains à aider la RDC à combattre le terrorisme qui se passe dans la région de Beni », recommande-t-il.

Depuis un temps, l’État islamique revendique certaines attaques dans l’est du Congo. La dernière qu’elle dit avoir menée, c’est celle dirigée contre la prison centrale de Beni le 20 octobre dernier, occasionnant l’évasion de plus de 1300 détenus. Comme ses prédécesseurs, Joe Biden pourra donc faire de ces genres d’attaque terroristes l’une de ses priorités. Il devra être investi le 20 janvier 2021. 

Avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :