Dr Faya Millimouno de retour d’Abuja : « nous n’avons aucune raison de penser que notre cause ne sera pas entendue »

Les représentants du FNDC, qui étaient allés à la Cour de justice de CEDEAO, ont regagné Conakry la nuit dernière, ce, à l’issue de la première audience dans la procédure judiciaire que la plateforme a intentée contre l’État guinéen et quatorze autres de la sous-région ouest-africaine.

Approché à sa descente de l’avion, le président du BL et membre actif du FNDC, a confié ses sentiments à nos confrères de Mosaiqueguinee.com.

 « Nous sommes allés vers la Cour de justice de la CEDEAO, parce que nous pensons que la Guinée n’est pas sur une autre planète… Nous appartenons à la communauté ouest-africaine qui a un protocole qui prévoit qu’un président au nom de la souveraineté ne tue son peuple et qui interdit que l’on s’adonne à la falsification de la constitution pour empêcher l’alternance », a indiqué Dr Faya Millimouno.

Au sein de l’opinion cependant, beaucoup s’accordent à dire que cette procédure n’est qu’un coup de sabre dans un océan.

Les leaders du FNDC restent, quant à eux résolument convaincus que la Cour de justice de la CEDEAO dira le droit dans cette procédure.

« Nous n’avons rien qui puisse nous empêcher d’avoir l’espoir que le droit sera dit. Nous savons qu’en Afrique la justice fait face a beaucoup de défis mais en ce qui concerne la Cour de la CEDEAO, nous n’avons aucune raison de penser que notre cause ne sera pas entendue », a-t-il laissé entendre.

Rappelons que le verdict dans ce procès est attendu pour le jeudi prochain.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :