Détention de journalistes en Guinée : le COSADD dénonce le silence des associations et patrons de presse

C’est à travers une manifestation “virtuelle” organisée à la maison commune des journalistes, à la faveur de la journée internationale de la liberté de la presse, que le collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo a déploré le silence de plusieurs patrons de médias, suite à la détention de leurs confrères.

Pour les membres de ce mouvement de soutien, né il y a plusieurs semaines, ce comportement des responsables de médias pourrait favoriser le musellement de la presse.

C’est pourquoi d’ailleurs cette action a été initiée, en faveur de leurs confrères qui croupissent à la maison centrale.

“Normalement c’était une célébration qu’on devrait organiser, mais nous, l’heure n’est pas à la fête vu que nous avons des confrères notamment, Amadou Diouldé Diallo et Ibrahim Sadjo Bah qui sont en prison. Nous avons donc estimé qu’on ne peut pas célébrer cette journée, mais plutôt se mobiliser ici pour dénoncer leur détention et exiger que la loi soit respectée. Nous avons choisi la couleur rouge pour montrer que nous sommes en colère. Nous voulons dénoncer le silence des responsables de médias, de toutes les associations de presse, qui n’ont pas daigné parler, parce que ça, c’est se rendre complice du musellement de la presse en Guinée. C’est la première fois que j’entends que des journalistes optent pour le silence face à l’injustice”, a déploré Abdoul Malick Diallo porte-parole dudit collectif.

Le COSADD appelle donc l’ensemble des associations de presse, des organisations de défense des droits humains et des acteurs de la société civile, à œuvrer à ce que les journalistes incarcérés recouvrent leur liberté.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :