Détention abusive de citoyens : « cela constitue une violation inadmissible de leur droit » (Me E. Bamba)

Plusieurs détenus croupissent en ce moment dans les prisons du pays, sans bénéficier d’un procès pour leur mise en liberté ou d’une détention de façon régulière.

Dans certains cas, certains d’entre eux se voient libéré après de nombreuses années, sans aucun dédommagement.

Me Kpanna Emmanuel Bamba, juriste, par ailleurs président de la ligue guinéenne des droits de l’homme (LIGUIDHO), pense que c’est une violation flagrante et inacceptable des droits de ces personnes, au cas où leur détention provisoire dépasse la période exigée par la loi.

« (…) Cela constitue une violation inadmissible des droits des détenus, parce que le code de procédure pénale prévoit une période de détention provisoire, si nous sommes par exemple en délit, la détention provisoire peut aller jusqu’à (4) mois renouvelable une fois. En matière criminelle également, il y a une durée de détention provisoire qui varie entre (6) mois et (1ans) voire (2ans) pour certaines catégories d’infraction. Donc, si un individu reste en détention provisoire au-delà de la durée normale voulue par la loi, je précise encore une fois que c’est une violation inacceptable des droits de la personne en question », a expliqué le président de la LIGUIDHO.

Pour lui, il est donc évident que toute personne victime de détention provisoire, peut considérer qu’elle illégalement détenue. Car ajoute-t-il, aucun acte ne justifie la régularité de sa détention.

Me Emmanuel Bamba termine par indiqué que le code de procédure pénal prévoit que la personne concernée a le droit de s’adresser à la justice pour demander une libération provisoire en attendant son procès ou demander qu’on mette fin à sa détention pour ne pas qu’elle reste indéfiniment.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :