Détection du Coronavirus: l’institut national guinéen de santé publique présente ses capacités

Devant un parterre de journalistes ce jeudi, 05 mars 202 au ministère de la Santé Publique, le directeur général de l’institut national de santé publique (INSP), Abdoulaye Touré, a présenté les capacités de la Guinée pour le diagnostique du coronavirus.

Dès l’entame de ses propos, Abdoulaye Touré a rappelé que l’Institut national de santé publique est créé par le ministère de la Santé et spécialisé dans le domaine de la santé publique de façon générale et, en particulier, dans le domaine du laboratoire.  «Nous couvrons quasiment tous les domaines de la biologie médicale : ça va de l’hématologie à la biochimie en passant par la parasitologie, la bactériologie et  la virologie. Et nous avons le département chimie pharmaceutique toxicologie qui est spécialisé dans le contrôle de qualité, de l’eau, de l’air, des aliments et des médicaments. Nous avons le département recherche en santé publique qui développe les activités de santé publique et fait des projets de recherche», a-t-il souligné.

Parlant de la capacité du pays pour diagnostiquer, éventuellement, le  Coronavirus, il rappelle que quand il y a eu le premier cas d’Ebola en Guinée, il a fallu prendre les échantillons pour aller à Dakar et à Lyon, parce que nous n’avions pas de laboratoire de biologie moléculaires correcte à l’époque. « Suite donc à cette épidémie, le ministère a renforcé les capacités nationales et à ce jour le pays dispose de 13 laboratoires de biologie moléculaire qui relèvent de la santé ou l’enseignement supérieur. Peu importe mais nous avons 13 laboratoires de biologie moléculaire qui sont fonctionnels aujourd’hui. Et parmi ces 13 laboratoires, trois ont à ce jour les capacités pour diagnostiquer le Coronavirus. Ce qui est déjà extrêmement important... L’OMS, après beaucoup d’évaluations, est d’accord que la Guinée est capable de diagnostiquer correctement le coronavirus», a indiqué Abdoulaye Touré.

Le directeur général conseille entre autres de se laver les mains régulièrement avec l’eau et le savon, éviter le contact très rapproché avec quelqu’un qui a un syndrome respiratoire autrement dit qui touche beaucoup… Si vous êtes en contact régulier avec les animaux, renforcez davantage les règles d’hygiènes.

Source Guinee114

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :