Des ‘’soldats’’ posent des revendications et menacent de se faire entendre par les armes

Depuis plusieurs heures, une liste de revendications de ‘’sous-officiers et hommes de rang’’ de l’armée guinéenne circule sur les réseaux sociaux.

L’adjudant Alsény Soumah et l’adjudant-chef Pierre Guilavogui, qui se disent porte-paroles des ‘’sous-officiers et hommes de rang’’ , déclarent que les militaires n’entendent plus risquer leurs vies pour, disent-ils, des ‘’clopinettes’’.

Ils réclament l’amélioration des ‘’salaires pour toute l’armée guinéenne et notamment les sous-officiers et militaires du rang, l’augmentation des primes (transport, santé, logement…) ; la dotation en tenue et en chaussures trois fois par an’’.

‘’Nous sommes aujourd’hui une armée en guenille’’, indiquent-ils, exigeant le ‘’paiement de tous les militaires par virement bancaire pour nous aider à avoir des crédits auprès des banques et l’attribution de logements sociaux aux militaires et à leurs familles’’.

Appelant les autorités militaires à respecter les principes “d’avancement (de grade) deux fois par an’’, ils réclament un ‘’audit du ministère de la Défense et le départ de tous les chefs incompétents et corrompus’’.

Ils requièrent la ‘’libération sans condition de Séna Doré, porte-parole des 1669 soldats formés au centre d’instruction et de recyclage de Kissidougou’’ et ‘’l’arrêt des violences dans les quartiers, parce que nous, soldats, nos familles vivent dans les quartiers et ne veulent pas subir des représailles’’.

Ils réclament la ‘’satisfaction de ces revendications avant le 29 février’’. Passé ce délai, préviennent-ils, ‘’nous ferons recours à nos armes pour nous faire entendre’’.

Contacté par nos confrères de Visionguinee, le directeur de l’information et des relations publiques de l’armée a déclaré que ‘’nous ne négligeons rien. Nos services compétents sont en train de procéder à des vérifications’’.

Aladji Cellou Camara a précisé à la rédaction de nos confrères que ‘’tous les militaires guinéens sont immatriculés à travers un fichier informatique sécurisé. Mais d’ores et déjà, nous notons le caractère farfelu de certaines revendications, notamment celle concernant la libération d’un individu qui n’est pas incorporé au sein de l’armée et qui ne fait donc pas partie des effectifs de nos Forces de défense’’.

En plus, nous a fait-il remarquer, ‘’l’entête utilisée démontre également l’amateurisme des auteurs qui ignorent tout des armoiries de nos armées’’.

Avec Visionguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :