Crise politique et Présidentielle 2020: la Codep sollicite l’implication du Médiateur de la République

Après la CENI, la délégation de la Coalition des partis politiques démocratiques extra parlementaires (Codep) a été reçue à la Mediature de la République ce jeudi. Comme à la CENI, la coalition est allée remettre un mémorandum au Médiateur de la République; un mémo relatif à l’actualité sociopolitique du pays.

Dans ce mémorandum, la Codep demande l’implication effective des institutions de la République dans le maintien de la paix et de l’unité nationale. « Nous sommes venus apporter un message de paix, d’unité nationale mais surtout aussi demander à nos institutions de se lever avant qu’il ne soit trop tard par rapport à des problèmes qui assaillent notre pays. Le mémorandum c’est par rapport à l’élection présidentielle à venir mais aussi la crise qui secoue notre pays », a expliqué tout d’abord, Diabaty Doré, président du Rassemblement Pour la République (RPR) et coordinateur national de la Codep pour qui, « dialogue qui est primordial »

« La CENI a fixé une date concernant les élections présidentielles le 18 octobre mais nous nous sommes dit que le président de la République a demandé d’ouvrir le dialogue entre les acteurs politiques. Aujourd’hui nous nous pensons que c’est ce dialogue qui est primordial d’abord pour que nous puissions trouver un consensus autour de cette question de date mais aussi avoir la paix et la quiétude dans notre pays. À l’heure actuelle, dans la situation actuelle on ne peut pas dire qu’on peut organiser une élection transparente, crédible et inclusive »,  a ajouté Diabaty Doré.

En réponse, Mohamed Saïd Fofana s’est dit réconforté par cette action de la Codep avant d’énumérer quelques difficultés liées à l’exercice de sa mission. Des difficultés liées, selon lui, à la méconnaissance du rôle de son institution par la majeure partie de la population et l’interdiction de se mêler des affaires politiques.

Pour élargir le champ d’action de son institution, le Médiateur de la République dit avoir adressé des correspondances au président de la République et à l’Assemblée nationale. Mais d’après l’ancien Premier ministre, ces derniers n’ont pas encore répondu.

Avec Guinee114

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :