Covid-19 : Papa Koly accusé d’avoir refusé un marché de plus de 2 milliards gnf à Fapel-Guinée au profit des Chinois

C’est lors d’un entretien qu’il nous a accordé, mercredi 17 juin dernier, que le fondateur de la plate-forme FAPEL-Guinée ((Fabrication de Pompes à Eau à Labé-Guinée) qui a remporté plusieurs prix à l’étranger, a porté à notre connaissance cette affaire.

A en croire Aguibou Barry, tout est parti lorsque le Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement a contacté son entreprise pour la confection de 500 kits sanitaires avant la fin du mois de juin, devant servir dans la lutte contre la Covid-19. Lesquels kits devraient être installés dans les lieux publics.

D’après notre interlocuteur, pour ne pas que le projet retarde, il a préfinancé l’achat de quelques équipements pour 50 kits, le recrutement de 20 jeunes chaudronniers. A cela, s’ajoute le prix de 40 litres de carburant par jour que le groupe électrogène de la CFP de Labé consommait, où les travaux s’effectuaient.

« Nous avons été contactés par le Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement pour la production de 500 kits de lavage de mains.  Ils m’ont proposé de leur envoyer une facture et aussi l’offre technique. Ce qui fut fait, puisqu’ils voulaient installer ces kits dans les lieux publics avec des réservoirs de 1000 litres, ils ont fait une note justificative qu’ils ont adressée à la Banque mondiale pourquoi le choix de FAPEL. Il a été répondu que c’est avec l’expérience et surtout les marchés antérieurs avec les autres institutions qui ont été acceptées. Ils m’ont envoyé le contrat, j’ai signé ma partie, donc on sait dit avant qu’on n’ait la copie ou le bon de commande, de préparer le terrain, aller au CFP pour la production de 500 kits en un mois, puisque dans le contrat c’était mentionné de produire les 500 kits avant la fin du mois de juin. Donc j’ai recruté 20 jeunes chaudronniers, chaque mois les jeunes percevaient 1 million 500 mille fg chacun, je carburais aussi le groupe électrogène du CFP, 40 litres par jour, j’ai acheté aussi quelques équipements pour commencer la production, en attendant l’arrivée du bon de commande, actuellement nous avons près de 100 kits déjà préparés », explique Aguibou Barry.

Poursuivant, notre interlocuteur, renchérit que c’est à son fort étonnement qu’il apprend que le ministre Papa Koly Kourouma a refusé de signer le contrat [de plus de 2 milliards francs guinéens] sous prétexte que sa société utilise des réservoirs de récupération.

« A mon fort étonnement j’appelle les services de passation du marché, qui me disent que la SEG (Société des Eaux de Guinée) qui est le maître d’ouvrage, le directeur général a déjà signé sa part, et que maintenant le dossier se trouve sur la table du ministre Papa Koly Kourouma mais il refuse de signer puisque lui, il voudrait donner le marché à la société chinoise KIM, puisque ce dernier utilise des réservoirs inox et que moi j’utilise des réservoirs de récupération. Moi, j’avais contacté le Libanais qui fabrique des réservoirs de 1000, 1500, 2000 et 3000 litres, il m’a amené un document de certificat d’analyse technique qui prouve que ce ne sont pas des réservoirs de récupération. Je suis allé voir le gouverneur Madifing Diané, qui m’a demandé de faire un écrit qu’il va remettre au ministre. Le chef de l’Etat a toujours dit : “consommons guinéen, encourageons la production locale”. Et il y a certains cadres qui sont là qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts, et surtout un cadre qui dénigre une production locale, au profit d’un étranger c’est vraiment dommage. Nous, nous n’avons jamais utilisé des réservoirs de production », soutient Aguibou Barry.

Dans le souci professionnel d’équilibrer l’information, nous avons joint au téléphone le ministre Papa Koly Kourouma. Il nous a sèchement dit assumer tout en refusant de commenter. Nous y reviendrons…

Source : Mediaguinee.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :