La petite Fatoumata Binta Diallo revenait de l’école. Elle a ôté sa tenue scolaire et a commencé à manger. Elle voulait de l’eau glacée, ça se vendait à côté et elle est sortie. Le pick-up était garé, c’est de ce pick-up on l’a fusillée, selon les témoignages des voisins et de son père, directement en face, sur la poitrine de la petite. C’est l’impunité totale. Vous savez qu’Alpha Condé a une haine particulière contre les Peulhs. Il veut amener tout le monde à faire la même chose que lui, heureusement que les Guinéens ne le suivent pas.

On a tendance à faire croire que les Malinkés sont contre les Peulhs. Ce n’est pas vrai. Les Malinkés et les peulhs s’entendent correctement et c’est pourquoi il y a une communauté peulhe importante en Haute Guinée. Ils exercent de façon paisible leurs activités. Ils participent à toutes les activités sociales. Ils se marient entre eux, il n’y a aucun problème. C’est Alpha le problème de l’unité nationale.

Aujourd’hui les jeunes qu’on assassine sur l’axe, les rares familles Malinkés qui sont là-bas participent aux funérailles qu’on organise. Elles viennent compatir avec les autres familles et personne n’a réagi contre une famille malinké parce qu’on sait que ce n’est pas les Malinkés, c’est Alpha.

Restons unis et ne tombons pas dans le piège d’Alpha. Il n’y a pas de contradiction dans les ethnies. Il faut refuser cela. Donc je voudrais vous dire de rester dans notre ligne, tous les Guinéens sont des frères. Nous avons dit que nous nous battons pour aller au pouvoir pour exercer ce pouvoir en faveur de la consolidation de l’unité nationale, promouvoir la tolérance, la confiance et à la promotion de la fraternité entre les fils du pays.

La rédaction