Affaire Elhadj Doura : “c’est un oncle…”, dit le cerveau présumé de l’enlèvement

Le présumé cerveau de l’opération ayant conduit à l’enlèvement, à la séquestration et à l’assassinat d’Elhadj Doura, en compagnie de ses 19 complices, a comparu, ce lundi 12 Avril 2021 devant le tribunal de première instance de Dixinn.

Elhadj Mamadou Diallo, qui reconnaît être voisin de la victime à Hamdallaye, a rejeté les accusations portées contre lui dans l’affaire du vieux Doura, enlevé le 05 décembre 2017 et mort dans les mains de ses ravisseurs le 19 janvier 2018.

« Je n’ai pas participé à l’enlèvement d’Elhadj Doura. C’est Ibro (en fuite) qui l’a enlevé. Moi, je lui ai dit d’abandonner l’idée mais il n’a pas accepté ( pleurs). Ibro, c’est un ami. Un jour, il m’a appelé pour me dire qu’il a formé un groupe. Que ce groupe a pour rôle d’enlever les gens. Il m’a même dit qu’ils ont commencé le travail, que si je pouvais leur apporter quelque chose. J’ai dit oui je suis partant. Il m’a dit que dans ce groupe figurent des militaires et des civils. Donc, il m’a proposé de venir avec lui au kilomètre 66 ( Maferinya) pour qu’il puisse me les présenter. C’est ainsi, on s’est rendu à Maferinya où il m’a présenté ces militaires en disant que ce sont des commandos. Après, on s’est retourné à Conakry. 

Maintenant, un jour, c’était le 04 décembre 2017, Ibro m’a appelé, j’étais dans un bar à  Lambanyi où il est venu me rejoindre. C’est de là-bas, on s’est rendu à Hamdallaye. Mais je ne savais pas que c’était Elhadj Doura, notre cible. Arrivés à Hamdallaye, j’ai dit à Ibro que je ne peux pas descendre à ce endroit que c’est mon quartier. Mais Ibro a insisté que je descende. Quand j’ai su que notre cible était Elhadj Doura, j’ai demandé à Ibro d’abandonner, que c’est un oncle. Ibro s’est fâché avec moi, il m’a demandé  pourquoi je n’ai pas arrêté le vieux quand je l’ai vu sortir pour la mosquée.  Parce que c’était à l’Aube. J’ai dit non, je ne pouvais pas, c’est un oncle. Il m’a dit même si c’est le papa de l’un d’entre nous ici, quand  on te dit d’attraper la personne, tu dois l’attraper. Le lendemain, Ibro, toujours fâché, m’a appelé. Je l’ai supplié d’abandonner le cas du Vieux. Il m’a dit qu’il a compris. Donc pour moi, il avait désisté. Je ne savais pas qu’il pouvait se retourner le lendemain, c’est-à-dire le 05 décembre 2017, pour enlever le vieux. Quelques jours après, c’était le 08 décembre 2017, Ibro m’a demandé d’aller chercher de l’argent sous un poteau électrique à  Lambanyi, carrefour canadien. Mais je ne savais pas que c’était la rançon pour la libération d’Elhadj Doura. C’était une somme de 100 mille dollars qu’il ( Ibro) m’a demandé de garder en attendant. C’est ainsi que dans  cette  somme, j’ai prélevé une  somme de 1000 dollars et j’ai confié 99 mille dollars à mon beau-frère pour les garder. Parce que je ne pouvais pas garder  cette somme chez moi. Quand j’ai reçu ma part  dans les 100 mille dollars  qui est une somme  de  60 mille dollars, j’ai acheté deux véhicules en Gambie. Une Mercedes et minibus que j’ai envoyés en Guinée-Bissau où j’ai été arrêté par la police qui m’a transféré à Conakry pour me mettre à la disposition de la police guinéenne.  Tony vous a dit que c’est moi qui l’ai appelé d’envoyer Ibro sur les lieux de l’enlèvement. Ce qui n’est pas vrai. En plus, ce n’est pas moi qui ai présenté Tony à Ibro », a-t-il relaté. 

Après avoir fini d’écouter le présumé cerveau de l’opération dans l’affaire Elhadj Doura, qui a été précédé par Tony, de nationalité nigériane, le juge Aboubacar Mafering Camara a renvoyé l’affaire au 26 avril prochain pour la poursuite des débats.

Avec Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :