Aboubacar Soumah : « nous sommes privés de nos salaires, ils veulent nous tuer »

Privés de leurs salaires depuis le mois de février dernier, pour fait de grève, les enseignants membres du SLECG ont actuellement du mal à joindre les deux bouts, dans un pays frappé de plein fouet par le covid-19.

Face à cette situation, son premier responsable, qui jusque-là durcissait le ton face au gouvernement, décide désormais de faire profil bas, en invitant ainsi celui-ci à payer leurs salaires.

«…Malgré la suspension de la grève et toutes les pressions qu’on a eu à faire, nos salaires restent encore confisqués. Donc nous invitons le gouvernement à libérer les salaires des enseignants grévistes puisque c’est un droit pour nous, la grève est autorisée par la constitution. Alors, on ne doit pas confisquer nos salaires parce que nous sommes allés en grève », a indiqué Aboubacar Soumah.

Avec la présente crise sanitaire marquée par pandémie du Covid-19, la plupart des gouvernements du monde s’efforcent à faire face aux besoins de leurs populations renchérit le numéro 2 de l’USTG qui prévient : « si dans cette circonstance nous, nous sommes privés de nos salaires, alors ils veulent nous tuer. Donc, qu’on pense aux enseignants que nous sommes et qu’on libère nos salaires », a-t-il exhorté.

Avec Mosaïqueguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :